Canadiens de Montréal

Une source de motivation pour Carey Price

Une source de motivation pour Carey Price

Patrick Lalime

Publié 04 avril 2018
Mis à jour 04 avril 2018

Malgré une saison tumultueuse et décevante, on a vu mardi soir que les partisans portaient toujours le gardien Carey Price dans leur cœur.

Lorsqu’on a annoncé son record de matchs joués dans l’uniforme des Canadiens de Montréal, Price a reçu une belle ovation et on a vu à travers son masque qu’il était touché.

Il a dit après la rencontre qu’il avait vraiment besoin de cela et en tant qu’ancien athlète, ça me touche de voir un tel moment. J’étais content d’assister à ça.

J’espère que ce moment réanimera l’histoire d’amour entre les partisans et Price. La foule a laissé savoir son mécontentement au cours de la saison, et avec raison. Tant les Canadiens que Price ont connu une année difficile et j’ai eu l’impression que quelque chose s’était brisé des deux côtés.

Mais on a vu que Price était, est et sera toujours l’idole de plusieurs jeunes hockeyeurs et partisans de longue date.

Je crois que ça le motivera en vue de la prochaine campagne. C’est maintenant à Carey de redevenir Carey. Et mine de rien, ce court moment pourrait grandement aider le processus.

Paul Byron, un joueur inspirant

J’ai bien aimé voir Paul Byron recevoir le trophée Jacques-Beauchamp-Molson.

Il est l’exemple parfait d’un joueur qui ne lâche jamais et qui fait preuve de caractère dans l’adversité.

J’ai joué avec lui à Buffalo et on voyait bien qu’il avait un bon coup de patin, mais il n’était vraiment pas gros et certains avaient des doutes quant à son futur dans la LNH.

On l’a vu persévérer et il est maintenant rendu un joueur établi. En plus d’exceller sur la patinoire, on l’a vu dernièrement dire que les joueurs devaient se présenter chaque soir, même si l’équipe était éliminée et il est passé de la parole aux actes.

C’est un athlète intègre qui mérite tout ce qui lui arrive présentement.

But refusé à Forsberg: une bonne décision

Nous avons eu droit à une décision controversée mardi soir en lien avec les buts refusés en raison de l’obstruction sur les gardiens.

Et contrairement à plusieurs personnes, je suis d’accord avec la décision qui a été rendue par la Ligue nationale de hockey.

S’il n’y avait pas eu le contact avec Viktor Arvidsson, la rondelle n’aurait jamais été libre derrière Roberto Luongo et Filip Forsberg n’aurait jamais pu marquer.

Je me souviens d’un moment similaire alors que j’étais avec les Sénateurs d’Ottawa. Luc Robitaille, des Kings de Los Angeles, avait tiré en ma direction du coin de la patinoire alors qu’il était à genoux. La rondelle était emprisonnée sous ma jambière et l’arbitre ne sifflait pas. Robitaille a eu le temps de se relever, de plonger vers moi et de faire rentrer la rondelle dans le filet et le but avait été accordé. Je m’en souviens comme si c’était hier puisque j’étais vraiment hors de moi.

Bref, la situation survenue en fin de match entre les Predators et les Panthers était semblable et la LNH a selon moi bien fait de refuser le but.