LNH

John Tavares : huit destinations possibles

Louis-André Larivière / TVA Sports

Publié | Mis à jour

À trois mois de l’ouverture du marché des joueurs autonomes, aucune prise n’est autant en vue que celle de l’attaquant John Tavares.

Le grand joueur de centre des Islanders de New York ne s’est toujours pas entendu sur une prolongation de contrat avec la formation qui l’a sélectionnée au tout premier rang du repêchage de 2009, à Montréal.

Le directeur général Garth Snow a informé ses homologues qu’il n’échangerait pas son joueur de concession avant la date butoir des transactions du 26 février dernier, mais le DG ne l’a pas convaincu de rester en n’apportant aucune amélioration à sa formation, qui est exclue des séries pour une deuxième année consécutive – la huitième en 12 ans.

De plus, la situation du domicile des Islanders représente ce qu’il y a de plus nébuleux. Où l’équipe jouera-t-elle après la prochaine saison? Séparer les joutes entre le Barclays Center de Brooklyn et le Nassau Coliseum de Long Island est-il réellement une option avant la construction (hypothétique) d’un nouvel amphithéâtre?

Bref, tous ces éléments laissent croire que Tavares pourrait tester le marché le 1er juillet. Le cas échéant, il sera le plus grand nom à y aboutir et de loin. Le numéro 91 pourrait alors empocher un contrat faramineux garni d’un salaire annuel de 10 à 12 millions $.

Voici huit destinations logiques pour John Tavares :

Les Red Wings de Detroit

Comme les Canadiens, les Red Wings sont parmi les formations du circuit Bettman à la recherche d’un joueur de centre de première classe pour mener leur attaque. Ils en rêvent certainement depuis l’époque de Steve Yzerman et, plus récemment, Pavel Datsyuk.

Mais Tavares accepterait-il de se joindre à une équipe statistiquement inférieure à celle où il joue présentement, avec moins de chances de gagner la coupe? La question se pose.

De plus, Detroit comporte plusieurs points d’interrogation alors que cinq de ses jeunes attaquants deviendront joueur autonomes : Anthony Mantha, Andreas Athanasiou, Dylan Larkin, Tyler Bertuzzi et Martin Frk.

Puis les «Wings» ramèneront-ils le vétéran défenseur Mike Green, qui a relancé sa saison dans la ville de l’automobile? Le directeur général Ken Holland aura un peu moins de 17 millions $ sous le plafond après la présente saison, ce qui est plutôt envieux comme situation.

Les Devils du New Jersey

Les Devils connaissent leur meilleure saison depuis belle lurette. Le directeur général de l'équipe pourrait ajouter un autre trophée de chasse à son palmarès, lui qui a eu la chance de compter sur des joueurs comme Sidney Crosby et Evgeni Malkin lors de son passage à Pittsburgh. Il ne manque pas de talent à l’attaque avec les Taylor Hall, Nico Hischier et Kyle Palmieri. L’ajout potentiel de Tavares pourrait endiabler les défenses adverses, les gardiens de même.

N’écartez pas la candidature des Devils dans l’Association de l’Est si Tavares devient disponible le 1er juillet.

Les Canadiens de Montréal

Les partisans rêvent à un joueur de centre numéro un depuis le départ de Vincent Damphousse en 1999. Combien de joueurs au talent évident n’ont pas produit à la hauteur de leur potentiel parce qu’ils n’ont pas profité de la présence d’un pivot de l’envergure de Tavares à Montréal?

Les 31 DG aimeraient pouvoir compter sur un joueur d'impact comme Tavares dans leur formation, mais peu sont ceux qui peuvent se le permettre en cette ère du cap salarial.

La bonne nouvelle : Montréal n’a pas à composer avec cette contrainte avec plus de 12,5 M$ d'espace sous le plafond en vue de la prochaine saison. Aussi, peu de joueurs autonomes à retenir (Phillip Danault, notamment), ce qui rend la main heureuse à Marc Bergevin dans ce dossier.

Le gardien Carey Price pourra-t-il convaincre son compagnon d’armes d’Équipe Canada de s’installer à Montréal? C’est certainement à suivre.

Une reconstruction... pardon, redémarrage, voire outillage, passe fondamentalement par l’ajout d’un joueur de cette trempe.

L’Avalanche du Colorado

L’une des plus belles histoires de la saison 2017-2018, c’est celle de l’Avalanche du Colorado. Qui aurait pu prédire que l’équipe serait ainsi transformée après avoir échangé le jeune joueur de centre Matt Duchene?

Tavares pourrait bien cadrer avec cette équipe dynamique, qui a les moyens de s’approprier ses services avec près de 25 millions $ de dollars sous le plafond dès le 1er juillet. La moyenne d’âge est de 25 ans au Colorado et Tavares pourrait s’y plaire.

Un scénario qui est certainement plausible!

Les Sharks de San Jose

Les Sharks sont une autre formation de l’Ouest qui pourrait faire de l’œil à John Tavares.

Chaque année, cette équipe de la Californie est dans le coup pour atteindre les éliminatoires et son noyau de vétérans n’a besoin d’aucune introduction : les défenseurs Brent Burns et Marc-Édouard Vlasic, puis l’attaquant Logan Couture, un ailier tout aussi efficace au centre, connaissent bien la vedette des Islanders.

De plus, la masse salariale des Sharks les place dans la discussion en vue d’un coup d’éclat à l’été, mais Doug Wilson devra être créatif s’il envisage de garder Evander Kane et d'ajouter Tavares. Néanmoins, il s’agit certainement d’une destination attrayante pour tout joueur autonome.

Les Blues de St. Louis

Plusieurs ont reproché au DG Doug Armstrong d’avoir échangé Paul Stastny aux Jets de Winnipeg sans colmater la brèche laissée par son départ. Mais est-ce partie remise?

Brayden Schenn, Kyle Brodziak et Vladimir Sobotka sont présentement les pivots de la formation du Missouri. Il y a donc de la place pour Tavares.

La moyenne d’âge est de 27 ans et plusieurs joueurs-clés ont des ententes à long terme, tandis que plusieurs jeunes poussent pour se faire une place. L’avenir est prometteur, ce qui est invitant pour un joueur du calibre de Tavares.

Golden Knights de Vegas

Imaginez-vous Tavares en noir et or? Ce scénario donne des frissons. À sa saison inaugurale, cette équipe a fracassé tous les records pour une équipe d'expansion. Plus important, le produit sur la glace est spectaculaire.

C’est fou ce que George McPhee a accompli depuis le repêchage d’expansion, mais le mérite revient aussi à l’entraîneur-chef Gerard Gallant. Les Golden Knights devront prendre une décision concernant l’attaquant David Perron, potentiel joueur autonome, et s’entendre avec le jeune joueur de centre William Karlsson.

La masse salariale de l’équipe est favorable et il a fort à parier que McPhee prépare un coup de maître, lui qui n’a pu finaliser une offre pour mettre la main sur le défenseur Erik Karlsson, des Sénateurs d’Ottawa, à la date limite des échanges.

Les Islanders de New York

Tout n’est pas perdu pour Garth Snow. Tavares a exprimé le souhait de demeurer avec l’équipe qui l’a repêché et il n’est pas impossible que cela se produise. Plusieurs joueurs ont déjà flirté avec l’autonomie pour finalement demeurer fidèles à leur employeur. C’est ce qu’a fait Joe Thornton l’été dernier.

Tel que mentionné plus haut, la concession doit bien jouer ses cartes et avoir un plan concret en ce qui a trait au projet de l’amphithéâtre, car Tavares exige des garanties. Les Islanders sont au Barclays Center jusqu’en 2019.

Pendant ce temps, Snow doit aussi gérer plusieurs dossiers : Nikolay Kulemin, Chris Wagner, Calvin de Haan, Thomas Hickey, Dennis Seidenberg, puis les gardiens Jaroslav Halak et Christopher Gibson seront tous joueurs autonomes sans compensation.

Brock Nelson,  Shane Prince, Ross Johnston, Alan Quine, Brandon Davidson et Ryan Pulock seront quant à eux joueurs autonomes avec compensation, ce qui rend la tâche complexe.

*Note : les montants liés à la masse salariale ne tiennent pas compte de la potentielle augmentation du plafond l’an prochain (source : Cap Friendly).