Crédit : AFP

LNH

Marc-André Fleury au Temple

Marc-André Fleury au Temple

José Théodore

Publié 20 mars 2018
Mis à jour 20 mars 2018

Ce qu’accomplit Marc-André Fleury avec les Golden Knights de Vegas cette saison est formidable et après ses récentes 400e et 401e victoires dans la LNH, il faut reconnaître qu’il se dirige vers le Temple de la renommée.

À 33 ans, ses chiffres sont remarquables. Il est en superbe condition physique et il est visiblement toujours aussi passionné par son sport. Il a encore quelques bonnes saisons devant lui et je ne serais pas surpris de le voir atteindre le cap des 1000 matchs.

Il en a actuellement 731, ce qui le place au 24e rang de tous les temps parmi les gardiens.

Martin Brodeur (1266) et Patrick Roy (1029) sont les seuls à avoir franchi le plateau des 1000 matchs et il n’en manque plus maintenant que six à Roberto Luongo (994) à la suite du match d’hier au Centre Bell. Outre Luongo, seul Henrik Lundqvist (800) a joué plus de matchs que Fleury parmi les gardiens actifs, mais il a déjà 36 ans bien sonnés.

Fleury est devenu, le 12 mars, le 13e gardien à franchir le cap des 400 victoires, et il a signé sa 401e victoire dimanche, ainsi que son 48e jeu blanc. Il est donc sur un pied d’égalité au 12e rang avec Chris Osgood pour les victoires et il est 29e pour les jeux blancs.

Ah oui! J’oubliais presque. Fleury a aussi gagné trois coupes Stanley. Il occupe le 13e rang pour le plus grand nombre de victoires en séries éliminatoires (62) et le 14e pour le plus de matchs en séries (115).

Il sera assurément dans le top 10 de l’histoire pour les victoires et les matchs joués.

Du vrai Fleury

J’ai adoré sa performance à Las Vegas, dimanche, alors, qu’il a stoppé 42 tirs, dans une victoire de 4 à 0 sur les Flames de Calgary. Ce jeu blanc est survenu après deux défaites, dont un crochet, mais Fleury rebondit toujours et ce jeu blanc représente la marque de commerce de Fleury, dans le sens qu’il n’a pas été le gardien le plus constant, mais il s’est toujours battu.

Fleury n’abandonne jamais. Ses débuts à Pittsburgh n’ont pas été faciles, mais il les a menés à deux finales consécutives de la Coupe Stanley en 2009 et 2010, l’emportant en 2010. Par la suite, il a eu des hauts et des bas et malgré l’émergence du jeune Matt Murray, il a fait sa part dans la conquête des coupes Stanley de 2016 et de 2017.

Aujourd’hui, Fleury joue un rôle majeur dans les succès des Golden Knights et je les ai même choisis pour se rendre en finale de la Coupe Stanley contre mon ancienne équipe, les Capitals de Washington, pour qui j’ai toujours un faible.

Fleury est la grande vedette du nouveau marché de Las Vegas et que les Knights gagnent ou non la coupe, le gardien de Sorel-Tracy contribue grandement à la croissance de la popularité du hockey. Ça aussi, c’est une forme d’exploit.

L’impressionnant Ovechkin

Tant qu’Alex Ovechkin n’aura pas gagné la coupe Stanley, il ne recevra jamais tout le crédit qu’il mérite, mais avouez qu’il connaît une carrière phénoménale. Il est devenu la semaine dernière le quatrième joueur de l’histoire à marquer 600 buts en moins de 1000 matchs. Mon ami «Ovy» a réussi l’exploit à son 990e match. Seuls Wayne Gretzky, Mario Lemieux et Brett Hull ont marqué 600 buts plus rapidement que lui, soit respectivement à leur 718e, 719e et 900e match.

Ce qu’Ovechkin a réalisé dans le hockey moderne est extraordinaire. Il a déjà sept saisons de 50 buts et après sa saison de 33 buts l’an dernier, bien des gens croyaient qu’il était sur l’autre versant de la montagne, mais il en a déjà 43 et ce n’est pas fini. Chapeau «Ovy»!

ENTREFILETS

Price est prêt

Puisque Carey Price est de retour à l’entraînement, il est prêt à jouer et je m’attends à le revoir dès cette semaine. Lorsque tu reviens d’une commotion cérébrale, c’est noir ou c’est blanc. Si tu as le feu vert pour t’entraîner, tu peux jouer, point final. Ce n’est pas comme une blessure musculaire ou ligamentaire qui oblige parfois à faire preuve de patience. En 2001-2002, j’avais subi une commotion cérébrale et je ne m’étais pas entraîné pendant sept jours. J’ai reçu le OK pour m’entraîner le dimanche et le lundi soir, j’étais devant le filet du Canadien.

Hommage à Plekanec

Samedi à TVA Sports, lors de la diffusion du match entre les Maple Leafs de Toronto et le Canadien, j’aurais peut-être dû porter un col roulé comme Brendan Gallagher, Jeff Petry, Jacob de la Rose et Arturi Lehkonen, l’ont fait avant le match afin de faire un clin d’œil à leur ancien coéquipier Tomas Plekanec, qui joue maintenant avec les Leafs. C’était un beau geste et je ne crois pas que ça ait changé quoi que ce soit dans leur préparation. Ça n’explique pas la décevante performance du Canadien.

Mon col roulé

Tout le monde parle du col roulé de Tomas Plekanec, mais on n’a jamais parlé de mon col roulé et pourtant, j’en ai porté un durant toute ma carrière. C’est le « prof » Lebrun, mon entraîneur de gardiens avec les Lynx de Saint-Jean, qui m’avait conseillé d’en porter un afin de conserver ma chaleur. Il avait appris ça de Jacques Plante. Les miens avaient le logo du Canadien et lorsque j’ai été échangé au Colorado, je les ai laissés à Montréal, mais je n’ai jamais réussi à en trouver de la même compagnie aux États-Unis. Ceux que je portais étaient trop mous. J’ai donc fini par rapatrier mes cols roulés du Canadien et je masquais le logo avec un crayon-feutre bleu.

Saison inacceptable

Le président et propriétaire du Canadien, Geoff Molson, a fini par admettre publiquement que la saison du Canadien est inacceptable et que tout allait être réévalué dans l’organisation, et c’est un point de départ. Molson a confirmé que Marc Bergevin restera en poste, mais je vous avoue que j’aurais aimé avoir plus de précisions. Je comprends toutefois qu’il ne s’agissait pas d’un point de presse officiel. J’ai hâte de voir ce qu’il aura à nous annoncer durant le point de presse de fin de saison.