Indycar

Deux tours de trop pour Robert Wickens

Publié | Mis à jour

Le septième et avant-dernier drapeau jaune aura été de trop pour Robert Wickens, qui a vu la victoire lui échapper à deux tours de la fin, dimanche, alors qu’il disputait sa toute première course en Série IndyCar.

Victime de la témérité de son rival Alexander Rossi, le seul qui pouvait l’inquiéter, le pilote torontois a terminé son parcours dans le mur de protection en lever de rideau de la saison sur le circuit urbain de St.Petersburg, en Floride.

Le Québécois Zachary Claman De Melo s’est quant à lui classé 17e après une course folle remportée in extremis par son coéquipier, le Français Sébastien Bourdais. L’autre Canadien inscrit à l’épreuve, James Hinchcliffe, a terminé au pied du podium.

Wickens, porte-couleurs de l’écurie Sam Schmidt, semblait se diriger vers l’exploit, mais le sort en a voulu autrement quand un incident en piste survenu au 102e des 110 tours a forcé les officiels à ralentir la cadence alors qu’il s’était forgé une avance relativement confortable en tête.

À la relance, parvenu à la hauteur du Canadien à l’entrée du premier virage, Rossi a tenté le tout pour le tout en se faufilant à l’intérieur, mais il n’y avait plus d’espace pour éviter le contact.

«C’est tellement dommage, ce qui m’est arrivé, a relaté Wickens à sa sortie de voiture. Je crois honnêtement que j’aurais mérité un meilleur sort. Je termine ma course dans le mur alors que celui qui a tout provoqué se voit célébrer sur le podium.»

Malgré cet accrochage, Rossi s’est en effet classé troisième à l’arrivée derrière son compatriote Graham Rahal.

Les phares encore allumés

Wickens s’est interrogé, non sans raison, sur la façon dont les officiels de la Série ont relancé l’épreuve au 108e tour.

Selon la procédure habituelle, quand la voiture de sécurité fait son entrée dans les puits avant une relance, ses gyrophares doivent être éteints. Comme elle l’a d’ailleurs fait pendant toute l’épreuve.

«Or, soutient Wickens, ce n’était pas le cas. Les feux étaient encore en fonction et, soudainement, la voiture s’est retirée. Avoir su, j’aurais accéléré davantage pour maintenir un bon rythme avant que le vert soit déployé.

«Je ne sais pas à quoi pensait la Série et j’ai le droit d’exiger des explications...

«Puis, quand il est parvenu à ma hauteur, j’ai tenté de défendre ma première place, mais je savais aussi que si je déviais un peu trop de ma trajectoire, on allait probablement me pénaliser pour l’avoir bloqué.»

Le plus de tours menés

La séquence montre en effet que Wickens a laissé une mince ouverture à Rossi, mais ce dernier a freiné beaucoup trop tard.

«C’était évident que son comportement audacieux allait avoir des conséquences fâcheuses, a poursuivi le pilote de 28 ans. Il est arrivé beaucoup trop rapidement dans la courbe. Mais c’est moi qui ai écopé, pas lui.»

Parti en position de tête, Wickens méritait cette victoire, lui qui a mené le plus de tours, soit 69.

«Une deuxième place, surtout à ma première course, m’aurait procuré beaucoup de satisfaction, a-t-il conclu. Je l’aurais acceptée s’il m’avait doublé de façon convenable, sans se rabattre sur moi.»

Rossi, lui, a avoué que sa manœuvre était risquée, mais qu’il devait la tenter.

«Il m’a ouvert la porte et j’en ai profité, a-t-il déclaré. Il aurait sans doute fait la même chose. Je comprends sa frustration, mais la course est ainsi faite.»