Olympiques

Kim Boutin a laissé aller ses instincts

Publié | Mis à jour

Quand des commentaires haineux et des menaces ont commencé à apparaître sur les différents comptes des réseaux sociaux de Kim Boutin pendant les Jeux olympiques d’hiver 2018 de Pyeongchang, la patineuse québécoise a tôt fait de limiter l’accès à ses pages.

Ce n’était là qu’une des techniques utilisées par Boutin, en plus de la protection dont elle a bénéficié de la part de son entourage en Corée du Sud, pour faire l’impasse sur les réactions négatives entourant sa médaille de bronze au 500 mètres, le premier de ses trois prix aux JO.

Cela a si bien fonctionné que Boutin n’a pas réalisé l’envergure qu’avait prise la disqualification de son adversaire sud-coréenne Minjeong Choi, autant sur les lieux qu’ici, au Québec.

«J’ai voulu savoir ce qui se passait, a-t-elle raconté en entrevue à l’émission Québec matin sur LCN, mercredi. J’aime mieux faire face aux situations et ensuite passer à autre chose. Je suis revenue ici et on me disait : "C’est beaucoup plus gros que tu penses que c’était." On m’a beaucoup protégée et oui, ça m’a beaucoup aidée.»

La preuve de la force mentale de Boutin – et que sa médaille raflée au 500 mètres n’était pas le fruit de la chance – est qu’elle a ensuite décroché deux autres médailles d’argent et de bronze avant la fin des compétitions en Asie, où elle a été nommée porte-drapeau du Canada lors de la cérémonie de clôture.

«On essaie d’être le plus outillé possible aux Jeux. Oui, ç’a été difficile quand je suis revenue dans l’aréna de compétition après ce qui s’était passé. Je ne savais pas comment la foule allait réagir.

«J’ai sorti toutes les émotions que j’avais après mon échauffement parce que je voyais que je n’étais pas dans la bonne zone exactement. Je cherchais mon copain dans les estrades, je cherchais une certaine sécurité. Après l’échauffement, tout allait mieux.

«Ça se passe complètement dans la tête. Le but, c’est de ne pas trop penser et de laisser aller son instinct dans la glace et c’est ce que j’ai fait.» - Kim Boutin

Le passage de la patineuse aux Jeux olympiques a changé la perception des québécois au sujet de l’athlète, mais celle-ci ne souhaite pas devenir quelqu’un d’autre.

«Je n’ai pas envie que ma vie change. J’ai établi de bonnes bases à l’entraînement et je suis fière de qui je suis devenue comme athlète. J’apprécie les moments en entrevue, ce n’est pas tous les jours qu’on vit de tels moments. Si je transmets ma passion aux jeunes, ça va me faire plaisir.»

Boutin n’a pas énormément de temps pour savourer sa gloire : elle participe dès la semaine prochaine aux Championnats mondiaux de patinage de vitesse à Montréal.