Crédit : Ben Pelosse / JdeM

Olympiques

«Nos athlètes ont tout donné» - Tricia Smith

Publié | Mis à jour

Les athlètes canadiens peuvent rentrer au pays la tête haute. Ils ont établi une nouvelle marque nationale pour la récolte de médailles à des Jeux d’hiver.

Quand Kaetlyn Osmond a pris la troisième place du programme libre en patinage artistique, jeudi, elle offrait du même coup au Canada sa 27e médaille à Pyeongchang.

C’était une de plus qu’à Vancouver, deux de plus qu’à Sotchi.

Sébastien Toutant a ensuite ajouté une médaille d’or au Big Air, et les Canadiens ont remporté le bronze au hockey, pour porter la récolte du Canada à 29 médailles - 11 d’or, huit d’argent, 10 de bronze. Ce total pourrait grimper avec les dernières épreuves au programme des Jeux.

Cela représente la deuxième meilleure récolte de l’histoire pour les Canadiens. En 1984, ils en avaient amassé 44 à Los Angeles, profitant du boycott des Jeux d’été par l’Union soviétique et 15 autres pays.

Des jeux incroyables

La présidente du Comité olympique canadien, Tricia Smith – elle-même médaillée d’argent en aviron à Los Angeles –, s’est dite très fière des athlètes canadiens à Pyeongchang.

«Quels jeux incroyables», a-t-elle dit lors du bilan de son organisation.

«Nos athlètes ont tout donné pour le Canada. Il y a 10 ans, nous pourchassions les meilleurs pays au monde, voilà que nous sommes en position de tête, que nous continuons à nous améliorer et que nous avons des prétentions d’être un jour les meilleurs...»

«Nos athlètes ont marqué l’histoire à ces jeux. Nous avons établi des records olympiques, récolté notre première médaille à la luge, au Big Air, au curling en double.»

«Maintenant, nos athlètes vont retourner à la maison pour raconter leurs histoires et inspirer une nouvelle génération.»

L’esprit olympique

De son côté, la chef de mission Isabelle Charest a dit avoir apprécié la façon dont les athlètes du pays se sont comportés dans l’ensemble.

«Ils l’ont fait avec bravoure et ils ont très bien incarné l’esprit olympique», de dire l’ancienne patineuse de vitesse courte piste, trois fois médaillée aux JO.

Certains diront qu’il y a eu quelques accrocs à ce chapitre-là. Par exemple, la hockeyeuse Jocelyne Larocque qui a enlevé de son cou la médaille d’argent qu’on venait de lui décerner, ou encore le skieur Dave Duncan, arrêté pour vol de voiture, conduite en état d’ébriété et de vitesse excessive, en compagnie de son épouse et de Willy Raine, un membre de son équipe technique.

«Tant que nous n’avons pas les résultats de l’enquête, nous ne pourrons pas commenter cette histoire», a raconté à ce sujet Chris Overholt, le chef de la direction du COC.

Mme Charest a eu quelques bons mots aussi pour les autres Canadiens qui ont travaillé d’arrache-pied pour se frayer un chemin jusqu’aux Jeux, mais qui n’ont pas réussi à monter sur le podium.

«Parmi les moments forts des Jeux, il y a ces athlètes qui démontrent la détermination et la volonté des olympiens. Je pense notamment à Philippe Marquis qui s’est blessé juste avant les Jeux, mais qui s’est battu et qui a réussi à se qualifier pour la finale des bosses. En tant qu’ancienne patineuse, je pense aussi aux filles du 3000 mètres relais (elles ont été pénalisées pour finalement terminer au huitième rang). Je comprenais très bien ce qu’elles ressentaient pour être déjà passée par là.»

«Si ces Jeux ont démontré une chose, de poursuivre Mme Charest, c’est que le Canada est une nation forte, persévérante, qui montre la voie au reste du monde. C’est ce que nos athlètes ont fait ici à Pyeongchang...»