Alex Harvey

Photo : Alex Harvey Crédit : Didier Debusschère / JdeQ

Olympiques

Alex Harvey : un doute sur les Russes

Publié | Mis à jour

Alex Harvey n’est pas du genre à lancer des accusations gratuites envers ses concurrents, mais un doute est quand même apparu dans son esprit après avoir pris acte du résultat au 50 km sur la possibilité qu’il ait été battu par des athlètes ayant fait l’usage de produits dopants.

Invité dans les studios de Radio-Canada en compagnie de son père Pierre Harvey quelques heures après avoir terminé au pied du podium, Harvey n’a pu s’empêcher de parler des Russes Alexander Bolshunov et Andrey Larkov en revenant sur sa performance.

«Se faire battre par deux Russes aux Jeux olympiques quand tu termines quatrième, ce n’est pas facile», a-t-il lancé.

Quand l’animateur a évoqué le fait qu’il pourrait recevoir une médaille plus tard, Harvey a été prudent, espérant seulement qu’il se mesurait à armes égales face aux médaillés du jour.

«Si ça arrive, je vais être extrêmement déçu, mais je ne veux pas penser à cela. Ça aurait été un moment volé. J’espère qu’ils [les Russes] n’ont pas eu l’audace de venir ici, avec tout ce qui s’est passé dans la dernière année, pour continuer à tricher. Mais c’est sûr qu’il y a un doute, on ne se le cachera pas. Juste ici, il y a deux athlètes russes qui ont été testés positifs», a renchéri le fondeur québécois.

En décembre dernier, le Comité international olympique (CIO) a suspendu la Russie ainsi que des dizaines de sportifs des Jeux de Pyeongchang en raison du scandale de dopage qui a frappé le pays. Sous certaines conditions, le CIO a admis des athlètes «propres» à s’exécuter en Corée sous un drapeau neutre. Deux d’entre eux ont toutefois été contrôlés positifs à une substance illicite depuis le début des Jeux, dont un joueur de curling qui avait remporté la médaille de bronze.

Philibert-Thiboutot en colère

Si Harvey a joué la carte de la diplomatie, le coureur Charles Philibert-Thiboutot s’est vidé le cœur sur sa page Facebook. Pour lui, il ne fait aucun doute que le fondeur québécois a été victime d’un vol puisque deux athlètes de la Russie sont grimpés sur le podium.

«La triste vérité, c'est qu'Alex s'est fait voler son podium, son moment de gloire olympique et recevra sa médaille dans quelques années par la poste», a tranché celui qui avait fini 17e au 1500 m des Jeux de Rio.

Son message sur le réseau social a suscité plusieurs réactions et le patineur de vitesse Laurent Dubreuil, membre de la délégation canadienne, a été l’un de ceux qui l’ont approuvé.

Philibert-Thiboutot estime carrément qu’aucun représentant de la Russie n’aurait dû être à Pyeongchang.

«Il n’y aurait même pas dû avoir de Russes. Le CIO n’a pas été capable de mettre ses culottes pour la seule raison que les Russes ont de longs tentacules et amènent beaucoup d’argent au CIO», a ensuite plaidé l’ancien du Rouge et Or en entrevue au Journal de Québec.

«Cela est prouvé scientifiquement après avoir systématiquement fait l’usage de produits dopants, que même si on a arrêté, cela a des avantages, car le corps a une mémoire musculaire [...] Ces athlètes ont probablement déjà été dopés et ça amène son lot d’avantages.»