POL-BLOC-CONSEIL

Crédit : ANDRÉANNE LEMIRE/AGENCE QMI

Olympiques

Le Bloc Québécois demande à Hockey Canada de s’excuser

Publié | Mis à jour

La demande de Hockey Canada d’angliciser la prononciation des noms de joueurs à consonance francophone aux Jeux olympiques de Pyeongchang continue de faire réagir.

Mario Beaulieu, le porte-parole du Bloc Québécois en matière de langues officielles, a envoyé jeudi une lettre à Scott Smith, président de Hockey Canada, pour exiger que son organisme présente des excuses aux joueurs ainsi qu’au public francophone et québécois.

Le «Journal de Montréal» a révélé lundi que Hockey Canada avait exigé que le commentateur à TVA Sports Sébastien Goulet, annonceur dans l’amphithéâtre de Gangneung pendant les Jeux, prononce les noms de Derek Roy, de Rene Bourque et de Marc-André Gragnani avec un accent anglophone.

Cette exigence est «un manque de respect envers les joueurs ainsi que le public francophone. Elle est d’autant plus inacceptable que le Canada prétend que le français est l’une de ses deux langues officielles en plus d’être une langue officielle des Jeux olympiques», a écrit M. Beaulieu dans sa lettre.

Dans un communiqué émis plus tôt cette semaine, Hockey Canada a affirmé qu’il fournissait un guide de prononciation, mais que des modifications pouvaient être effectuées au besoin. Bayne Pettinger, un des dirigeants de l’organisme, est celui qui aurait demandé à M. Goulet de changer sa façon de faire.

Ce n’est pas la première fois que Hockey Canada se retrouve dans une controverse en raison de son attitude envers la langue française. Pendant les Championnats du monde de hockey junior de 2017, les sept joueurs francophones de l’équipe canadienne n’avaient pas le droit de communiquer entre eux dans leur langue dans le vestiaire.