Canadiens de Montréal

Transactions : Max Pacioretty irrité par les rumeurs

Jean-François Chaumont / Le Journal de Montréal

Publié | Mis à jour

Max Pacioretty n’a jamais porté un autre chandail que celui du Canadien de Montréal en dix saisons dans la Ligue nationale de hockey (LNH). On lui a brodé le « C » de capitaine sur son gilet depuis le début de la saison 2015-2016. 

Écoutez les commentaires de Max Pacioretty dans la vidéo, ci-dessus.

À une semaine de la date limite des transactions, l’Américain aimerait toutefois parler d’un autre sujet que celui de son avenir avec l’équipe.
 
À sa sortie d’un entraînement sur la rustique patinoire du Class of 1923 Arena, située sur le campus de l’Université de la Pennsylvanie, Pacioretty a perdu un peu patience en abordant les rumeurs de transaction à son sujet.
 
Dès les premières secondes de sa rencontre avec les journalistes, l’ailier gauche a répondu avec un seul petit mot à savoir s’il était déconcentré par les nombreux bruits qui circulent depuis quelques semaines.
 
«Non», a-t-il lancé.
 
Relancé une fois de plus sur la possibilité de faire ses bagages d’ici les prochains jours, Pacioretty a finalement offert une analyse un peu plus étoffée.
 
«Je n’ai pas eu beaucoup de conversations à ce sujet, donc ce n’est pas une conversation sans fin de mon côté, a-t-il affirmé. Il y a des gens en qui j’ai confiance pour le hockey et c’est avec eux que je parle.»
 
Parmi les personnes de confiance, il n’y a visiblement pas le directeur général du CH, Marc Bergevin.
 
«Je n’ai pas parlé récemment avec Marc», a-t-il répliqué.
 
Sans jamais le dire ouvertement, Pacioretty semble de plus en plus à couteaux tirés avec Bergevin. Il y aurait eu quelques chicanes entre les deux hommes cette saison. Le capitaine a toujours sur le cœur le départ de son coéquipier et partenaire de trio Alexander Radulov.
 
Il a mentionné plus d’une fois qu’il s’ennuyait de l’énergie et de la fougue de Radulov et que son départ avait créé un immense trou.
 
Silence avant le 26
 
Dans le passé, Pacioretty n’a jamais eu peur de crier son amour pour le CH et la ville de Montréal. Mais à la veille du match contre les Flyers, il a eu l’occasion de le faire une fois de plus. Il était moins convaincant.
 
«Ça fait cinq questions qui tournent sur la même thématique des rumeurs, a mentionné le numéro 67 après un long soupir. J’aime Montréal, il n’y a aucune surprise là-dessus. Je suis le capitaine de la plus grande concession du monde. Je ne sais pas ce qui arrivera, c’est hors de mon contrôle.» 
 
«Donc j’aimerais ne pas en parler d’ici à la date limite, que quelque chose arrive ou pas. C’est dans les airs, je ne veux pas jeter de l’huile sur le feu.»
 
La réalité du métier
 
Claude Julien n’a pas l’intention de se transformer en psychologue pour les joueurs de son équipe qui sont au cœur des rumeurs.
 
«Il y a 31 équipes avec de tels joueurs, a-t-il précisé. Il n’y a rien que je puisse faire pour les aider. Peu importe ce que je dis aux joueurs, ça n’importe pas, car je ne prends pas les décisions. Au bout du compte, ça fait partie de notre milieu. Nous, les entraîneurs, on atteint des points où on ne sait pas si on va diriger le match suivant.
 
«Personne ne vient me parler. On sait pourquoi on fait ce travail et avec quoi ça vient. Des joueurs sont échangés. C’est peut-être plus stressant en ce moment, mais on doit réagir comme des pros. Je dois "coacher" comme une autre journée et leur faire sentir que c’est une journée comme une autre.»
 
À l’instar de Bergevin lors de son bilan de la mi-saison, Julien n’a pas cherché à rassurer son capitaine. C’est probablement un autre signe que l’organisation aimerait passer à un autre appel si elle déniche une bonne offre pour ses services.
 
Pacioretty a également écorché Julien à quelques reprises cette saison en remettant en doute les systèmes de jeux. Bref, on le sent de plus en plus malheureux avec le chandail bleu, blanc et rouge sur ses épaules.