Jeux olympiques de PyeongChang

Photo : Charles Hamelin Crédit : Didier Debusschre / JdeQ

Patinage

Patinage de vitesse courte piste : les grands moments olympiques québécois

Publié | Mis à jour

Depuis que les épreuves sur courte piste ont fait leur apparition aux Jeux olympiques, en 1992, à Albertville, les patineurs de vitesse québécois ont procuré de nombreux moments de réjouissance à leurs partisans.

Voici d’ailleurs quelques-uns de leurs exploits qui sont passés à l’histoire.

- Une première médaille

Aujourd’hui à la tête de l’équipe nationale féminine, Frédéric Blackburn a été le premier Canadien à mettre la main sur une médaille individuelle aux Olympiques, en décrochant l’argent au 1000 mètres à Albertville. À ces mêmes Jeux, le Canada s’est imposé comme une puissance de la discipline en remportant l’argent au relais masculin et l’or au relais féminin.

- Deux fois plutôt qu’une

Deux ans plus tard, à Lillehammer, Nathalie Lambert a été propulsée sous les feux de la rampe en devenant la première Canadienne médaillée sur courte piste aux Olympiques lors d’une épreuve individuelle. En plus de finir deuxième au 1000 m, Lambert a obtenu l’argent avec ses coéquipières du relais féminin.

- Annie Perreault passe à l’histoire

Une autre athlète québécoise a écrit une page d’histoire du patinage de vitesse canadien, en 1998, à Nagano. Il s’agit d’Annie Perreault qui est devenue la première athlète du pays à décrocher un titre olympique en s’imposant au 500 m. À ce jour, elle demeure la seule patineuse canadienne à avoir réalisé un tel exploit sur courte piste.

- Les ténors

Les Jeux de Salt Lake City en 2002 ont été ceux de Marc Gagnon, qui a signé des victoires au 500 m et au relais masculin, en plus de mettre la main sur une médaille de bronze au 1500 m. Gagnon a complété sa carrière olympique avec cinq médailles (dont trois individuelles), le plus grand nombre remporté par un athlète canadien masculin dans l’histoire des Jeux d’hiver.

Il partage ce titre avec un autre grand patineur québécois, François-Louis Tremblay. Après avoir remporté des médailles d’argent au 500 m et au relais à Turin, il en a rajouté deux autres en 2010 à Vancouver (le bronze au 500 m et l’or au relais). Une médaille d’or au relais des Jeux de Salt Lake City complète sa collection.

- Charles Hamelin suit les traces

Un autre patineur pourrait joindre sous peu le club sélect formé par Gagnon et Tremblay. Il s’agit de Charles Hamelin, qui cumule quatre médailles olympiques, dont trois d’or.

Hamelin s’est hissé parmi les grands aux Jeux de Vancouver, en 2010, où il a triomphé au 500 m et au relais en compagnie de son frère François. Le couple qu’il forme avec Marianne St-Gelais, qui a connu une première expérience olympique exceptionnelle à Vancouver en remportant l’argent au 500 m et au relais, a littéralement conquis les amateurs de sport canadiens.

En foulant le podium du 500 m ou du 1000 m à Pyeongchang, Hamelin deviendrait, avec Gagnon, le patineur canadien ayant remporté le plus de médailles individuelles aux Jeux olympiques.