LNH

Rumeurs et transactions : deux mondes

Rumeurs et transactions : deux mondes

Michel Godbout

Publié 08 février 2018
Mis à jour 08 février 2018

Le «Jour J» pour les transactions dans la LNH est le 26 février. D’ici la date fatidique, c’est la machine à rumeurs qui fait tourner le moulin des amateurs de hockey.

Pour le meilleur, mais souvent pour le pire. Car bien souvent, les rumeurs ne sont que des fantasmes verbalisés. Garth Snow n’enverra pas John Tavares à Montréal pour Max Pacioretty et deux choix au repêchage. C’est un beau fantasme, mais ce n’est que ça.

La réalité, c’est que les équipes ont encore une vingtaine de jours pour décider si les actifs qu’elles ont sous la main répondent à leurs besoins ou si elles doivent s’en départir.

Les Canadiens se trouvent dans la seconde catégorie. Les noms qui circulent le plus et qui font aussi le plus de sens sont ceux de Tomas Plekanec et de Max Pacioretty. Mais qu’est-ce que le CH peut véritablement avoir pour eux?

Dans le cas de Plekanec, je ne vois pas un grand retour. Certainement un choix de 3e tour et peut-être un obscur espoir qui patauge dans les néants des mineures. Mais rien de plus. Après tout, le joueur de centre est trop grassement payé pour ce qu’il rapporte et ce lucratif contrat arrive à échéance. Personne, même pas les plus fous dépensiers du circuit (les Flyers genre) ne voudront lui consentir la même somme.

Mais pour louer ses services et l’insérer comme 3e ou 4e joueur de centre défensif pour les séries, là il y aura sans doute preneur.

Le cas Pacioretty est plus appétissant pour le CH. Malgré ses carences cette saison, il est un marqueur de 30 buts établi dont le petit contrat ne vient à échéance qu’à la fin de la prochaine campagne. Considérant tous ces facteurs, les Canadiens pourraient certainement obtenir un choix de premier tour, un choix de 2e tour et un jeune espoir. Des marqueurs de 30 buts, ça ne courent pas les rues et plusieurs équipes aspirantes en ont grandement besoin. Pensons à Nashville par exemple!

Ailleurs, d’autres noms passablement intéressants alimentent aussi le moulin.

Dans la section Métropolitaine, les décisions sont compliquées en raison de la proximité des points au classement. Plusieurs équipes ne sont qu’à quelques points d’une place en séries. La question est de savoir si elles veulent y participer de façon éphémère en allumant des cierges à l’église ou d’apporter des changements dans l’immédiat pour mieux se battre au cours des prochaines saisons.

C’est le cas à New York, où nous avons entendu que Rick Nash et même le «King» Lundqvist pourraient être mis en vitrine. De gros noms certes, mais des noms qui n’ont plus le lustre d’antan. Des joueurs qui ne peuvent plus transporter des équipes, mais qui pourraient aider dans une moindre mesure une formation déjà bien nantie et qui a passablement de sous à dépenser. Ryan McDonagh pourrait aussi s’ajouter à la liste.

D’autres équipes emboîteront le pas, d’autres noms alimenteront le moulin.

Mais une chose est claire, avec la domination que nous voyons présentement dans l’Ouest (Vegas, Winnipeg, Nashville, St-Louis) et dans l’Est (Tampa, Washington, Boston), les autres équipes pourraient faire de bonnes affaires.

Le 26 février pourrait s’avérer le «Boxing Day» version LNH!

Je vous y attends dès 6h en matinée pour le début de notre émission spéciale.