Crédit : Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal

Canadiens de Montréal

Le Canadien et les coqs

Le Canadien et les coqs

Michel Godbout

Publié 01 février 2018
Mis à jour 01 février 2018

Je revenais dans le taxi après une autre défaite du CH, une autre contre les Bruins.

Ça ne faisait pas 30 secondes que j’étais assis que le chauffeur, Leslie de son prénom, me parle du match et comment la saison du CH fait mal aux taxis et à l’économie en général.

Rien de nouveau sous le soleil lui dis-je, ce n’est pas mieux pour les chaînes de télé sportives!

Et c’est là que la conversation prend une tournure pour le moins inattendue.

Leslie me parle des combats de coqs auxquels il participe en Haïti. Il me parle de SES coqs. Comprenez bien que pour lui et des milliers d’Haïtiens, les combats de coqs c’est comme une religion, bien similaire au hockey chez nous. Tous les dimanches les hommes se réunissent aux 4 coins d’Haïti pour participer et/ou regarder ces combats de coqs qui ne sont pas mortels, soit dit en passant.

Donc Leslie de dire qu’il est un peu le Marc Bergevin des combats de coqs.

« Là tu me perds Leslie ou veux-tu que je t’appelle Marc ?! »

C’est alors qu’il m’explique que chaque année il monte son équipe, « je les repêche en République dominicaine, c’est là qu’on retrouve les meilleurs combattants et moi je veux les meilleurs ».

C’est alors que je lui lance « Bergevin aussi veut les meilleurs, c’est la stratégie de tous les directeurs généraux. Tous les DG veulent les meilleurs, ça va de soi.» Du tac au tac il répond «Il faut être plus rusé que les autres pour dénicher les meilleurs.

Moi, si je perds mon meilleur coq je dois le remplacer par un aussi bon. Bergevin a fait quoi pour remplacer Radulov et Markov? » Pas de coqs aussi talentueux en effet!!

Le parallèle est boiteux je vous l’accorde, mais en même temps le chauffeur de taxi comme vous et moi, on ne peut que constater que le Canadien a perdu beaucoup plus qu’il a gagné en qualité de joueur. On ne peut pas s’empêcher de douter qu’il y avait un « Plan B » pour pallier aux pertes de Markov, Radulov et Emelin.

«Alors Leslie, maintenant que le dommage est fait, que doit faire Bergevin? Tu ferais quoi toi si tu avais perdu tes meilleurs coqs?»

«Je me serais arrangé pour ne pas les perdre » a-t-il répondu. « Mais lorsque j’en perds, je fais mon travail pour trouver les meilleurs remplaçants. Et si je n’en trouve pas en République, je vais voir ailleurs.»

La morale de ce voyage de taxi c’est que si Leslie bouge ciel et terre pour se dénicher de bons coqs, le CH en fait-il autant? Le doute persiste forcément en raison des résultats de l’équipe.

Peut-être qu’un petit voyage dans le taxi de Leslie leur ferait grand bien!