Club de foot Montréal

Des trous à combler chez l'Impact

Publié | Mis à jour

Le nouvel entraîneur-chef de l’Impact, Rémi Garde, a présenté son personnel d’entraîneurs mercredi, mais il a surtout été question des nombreux trous dans la formation de l’équipe à moins de deux mois du début de la saison.

En effet, l’effectif est loin d’être complet même si le camp d’entraînement s’amorce dans une semaine et demie.

On a ajouté des gardiens avec l’arrivée des Clément Diop, James Pantemis et Jason Beaulieu alors que le milieu s’est enrichi de Raheem Edwards pendant qu’on ajoutait Jukka Raitala et Thomas Meilleur-Giguère en défense.

Mais le départ des Laurent Ciman, Ambroise Oyongo, Hassoun Camara, Patrice Bernier, Hernan Bernadello, Andrés Romero et surtout Blerim Dzemaili laisse des trous béants. Et c’est sans parler du statut incertain des arrières Wandrille Lefèvre et Deian Boldor de même que de celui du gardien Maxime Crépeau. L’Impact a certainement besoin d’au moins un arrière central de premier plan. Et à cet effet, le nom de l’Argentin Nehuan Paz, âgé de 24 ans, revient souvent.

«Il n’y a pas suffisamment de joueurs qui ont été signés, mais on n’est pas devant une page blanche», a insisté Garde en se montrant rassurant.

«Mais peut-être que dans les jours ou les heures qui viennent, il y a des joueurs qui vont signer. C’est un marché compétitif.»

Amélioration nécessaire

Le président du club, Joey Saputo, a insisté sur l’importance de présenter un meilleur visage que lors de la saison 2017.

«On doit s’améliorer parce qu’on ne peut pas vivre une autre saison comme on a vécu l’an passé, a-t-il admis. Avec le changement d’entraîneurs, ça prend du temps pour mettre en place ce qu’on veut faire.»

Le président a rappelé qu’il n’est pas question pour lui de rater les séries et qu’il maintient le cap sur ses ambitions affichées il y a un an.

«En janvier l’année passée, j’ai parlé de mon plan de cinq ans et il nous reste maintenant quatre ans. Chaque année, nous visons de faire les séries et ça ne change pas.»

Plan idéal

Lors de sa nomination en novembre dernier, Garde a laissé entendre qu’il souhaitait avoir un groupe de joueurs complet au début du camp, ce qui ne sera vraisemblablement pas le cas.

«C’est vrai que j’avais dit que dans un monde idéal, je voulais avoir mon équipe complète au premier jour du camp d’entraînement», a-t-il souligné tout en mentionnant que plusieurs dossiers sont en cours.

«On réfléchit beaucoup avec Adam [Braz] et Nick [De Santis], on travaille beaucoup et je connais l’impatience. Mais il y a aussi un temps de travail pour concrétiser un dossier et il y en a plusieurs à mener de front.

«Dans les jours et les semaines à venir, j’espère qu’il y aura des choses nouvelles, mais on ne peut pas tout annoncer chaque fois qu’il y a une petite avancée.»

En confiance

Bien que les choses semblent avancer lentement en surface, Joey Saputo a insisté pour dire qu’il se sent en confiance.

«En tant que propriétaire, quand tu t’assois avec ton entraîneur et tes dirigeants et que tu es en confiance, il n’y a pas de raison de s’inquiéter.

«On est au milieu janvier, la saison commence au début de mars. Il nous reste sept semaines, on a le camp d’entraînement et le marché des transferts vient d’ouvrir ici. On a assez de temps.»

Saputo a par ailleurs laissé entendre que l’Impact pourrait y aller d’un coup d’éclat au repêchage, qui aura lieu dans un peu plus d’une semaine, à Philadelphie.

«Avec le quatrième et le septième choix au repêchage, on a un plan. C’est à Rémi et Adam de le mettre en place. Je ne veux pas trop en divulguer, mais je me sens très à l’aise avec ce qui m’a été présenté.»