Canadiens de Montréal

Canadiens : personne ne peut baisser les bras

Canadiens : personne ne peut baisser les bras

Patrick Lalime

Publié 08 janvier 2018
Mis à jour 08 janvier 2018

Tant qu’il y a de la vie, il y a de l'espoir... 

Ce proverbe illustre bien la situation dans lequel se trouvent les Canadiens de Montréal.

Le directeur général Marc Bergevin est conscient de l’abrupte pente à remonter pour participer aux séries éliminatoires au printemps prochain.

Dans sa position, il n’a pas le choix. Même s’il ne le pense pas nécessairement, il doit absolument nourrir l’espoir. Autant des joueurs, des entraîneurs que des amateurs. 

Dans une équipe de hockey, personne ne peut baisser les bras. Surtout pas le plus haut dirigeant.

En même temps, il doit choisir ses mots.

D’ailleurs, j’ai apprécié que Bergevin soit allé aux devants pour mettre les points sur les «i» et les barres sur les «t» dans son bilan de mi-saison, dimanche. C’était important d’éclaircir certaines choses.

Par exemple, j’ai aimé son honnêteté lorsqu’il a reconnu que Jonathan Drouin doit davantage être considéré comme un ailier que comme un centre et lorsqu’il a avoué qu’il n’y a pas de chimie entre l’attaquant québécois et le capitaine Max Pacioretty.

Bergevin a bien fait d’en prendre le blâme. Cela l’honore. 

En mode séries

Si les Canadiens veulent réussir l’impossible et se tailler une place dans le tournoi printanier, ils devront rester «en mode séries» jusqu’à l’ultime match de la saison, le 7 avril, face aux Maple Leafs à Toronto.

C’est une mission exigeante autant physiquement que mentalement. Tous les joueurs devront se sacrifier et en donner plus.

Les meilleurs devront être les meilleurs. À ce titre, j’ai adoré les récentes performances offertes par Carey Price.

Le gardien va gagner d’autres matchs à lui seul, mais il a besoin de l’aide de ses coéquipiers, à l’image de l’affrontement face aux Canucks, dimanche, au cours duquel les Canadiens ont marqué cinq buts. L’équipe avait cruellement besoin de buts, elle qui a un manque évident de finition en attaque cette saison.

Dernièrement, c’était frustrant pour Price. Il faisait le travail, mais pas l’attaque, si bien que l’équipe accumulait les défaites, comme la série de cinq survenue entre le 23 décembre et le 2 janvier. 

Ce n’est pas un secret, le CH a besoin de la contribution de tout le monde, dont celle de Pacioretty. On ne peut pas toujours se fier aux joueurs de soutien. Ceux-ci peuvent t’apporter de l’énergie à court terme, mais ce sont les leaders qui doivent traîner l’équipe à long terme.

Le temps presse

Le temps commence à presser pour les Canadiens. Avant le week-end du match des étoiles, à la fin du mois, il faudra prendre une décision pour la suite des choses.

J’ai hâte de voir ce qui va arriver. Si les Canadiens ne parviennent pas à se replacer et à accéder aux séries, des changements devront être apportés. Un coup d’éclat serait alors nécessaire.

Tant que tu as une chance de succès, tu dois persévérer. Mais ça s’annonce très difficile.