CMHJ-2018

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Hockey

Mondial junior: le Canada se couvre d'or

Publié | Mis à jour

La deuxième fois est la bonne pour Équipe Canada junior. Le 13e attaquant de la sélection canadienne Tyler Steenbergen a joué les héros et brisé l’égalité avec moins de deux minutes à faire au match pour permettre à ÉCJ de l’emporter au compte de 3-1 contre la Suède pour remporter une première médaille d’or au Championnat mondial de hockey junior depuis 2015.

Tout semblait pointer vers un autre scénario dramatique avec une finale en prolongation. Les deux équipes étaient nez-à-nez lorsque Steenbergen a fait dévier une belle passe de Conor Timmins derrière Filip Gustavsson pour semer l’euphorie dans un KeyBank Center majoritairement canadien.

«Il était impliqué et patinait bien. Il avait des jambes et j’ai décidé de l’utiliser plus. On sait tous qu’il est un excellent marqueur. Il n’a besoin que d’une chance pour marquer et il l’a saisie», a expliqué l’entraîneur Dominique Ducharme après la rencontre.

Il s’agit d’un 17e titre pour le Canada au Mondial junior dans son histoire.

«C’est l’un des meilleurs matchs auxquels j’ai participé. C’est également l’un des plus beaux jours de ma vie. Le sentiment que je ressens est tellement différent de l’an dernier. C’est difficile à décrire mais c’est quelque chose que je n’oublierai pas», a mentionné le gardien Carter Hart qui avait vécu la déception de l’an dernier.

Hart a d’ailleurs été étincelant vendredi, bloquant 35 des 36 lancers suédois dirigés vers lui.

Match serré

On savait que la marque de commerce des deux formations était la vitesse et ils en ont fait la démonstration à la plus imposante foule du tournoi au KeyBank Center.

La foule, très, très majoritairement canadienne, s’est d’ailleurs levée d’un trait à mi-chemin en première période lorsque le capitaine d’ÉCJ a poussé une rondelle libre derrière le gardien suédois Filip Gustavsson. Les réjouissances ont toutefois été de courtes durées puisque l’officiel avait sifflé juste avant que Dube ne marque.

Outre ce faux-espoir canadien, ce sont les Suédois qui ont eu le dessus en première période. Rapides et coriaces, ils ont obtenu les meilleures chances de marquer mais le gardien canadien Carter Hart s’est dressé tel un mur à chaque attaque des Suédois qui ont dominé 16-9 à la colonne des tirs en première.

Dube s’est toutefois racheté dès le début de la seconde période. Avec Timothy Liljegren sur le dos, le capitaine canadien a accepté la passe de Jordan Kyrou en entrée de zone avant de battre Gustavsson en haut de l’épaule gauche.

Encore le désavantage

Depuis le début du tournoi, les Suédois ont réinventé la notion de «désavantage» numérique. Face aux États-Unis, jeudi lors de la demi-finale, les représentants du Tre Kronor avaient inscrit deux buts lors de la même infériorité numérique.

Eh bien, devinez-quoi ? Ils en ont rajouté vendredi soir.

Avec le capitaine Lias Andersson au cachot, Tim Soderlund a profité d’une belle entrée de zone de Linus Lindstrom pour s’amener devant Carter Hart et le battre d’un tir précis dans la partie supérieure.

Steenbergen a toutefois marqué avec 1 min 40 s à faire et Alex Formenton a scellé l’issue du match dans un filet désert.

«Il n’y a pas vraiment de mots pour dire ça. Ça été un tournoi mouvementé et certains ont dit qu’on l’avait eu facile jusqu’en finale. Je pense qu’on a prouvé qu’on était la meilleure équipe dans ce tournoi. On a joué un excellent match et notre meilleure période en troisième pour fermer les livres et mettre la main sur l’or » s’est réjoui Maxime Comtois.

Andersson n’en veut pas

La déception était évidemment vive chez les Suédois. Le capitaine Lias Andersson a même pris sa médaille et l’a lancée dans les gradins.

«Je n’en voulais pas. Le partisan semblait la vouloir plus que moi. Je ne regrette pas de l’avoir lancé dans les estrades. Je ne veux pas l’argent, je veux l’or.»