Crédit : AFP

LNH

Douze souhaits revisités

Douze souhaits revisités

Michel Godbout

Publié 21 décembre 2017
Mis à jour 21 décembre 2017

Vous en êtes coupables autant que moi.

Souhaiter à un proche, une connaissance ou même un pur inconnu «la meilleure des années, remplie de bonheur et de santé».

Et après? Le souhait s’est-il matérialisé? Vous en êtes-vous informé?

Probablement pas, et vous savez quoi, moi non plus! 

COUPABLES!

Et si on se donnait la peine de vérifier?

Par chance, j’ai conservé les 12 souhaits que j’ai faits l’an dernier aux équipes de la LNH, alors je vais me prêter à l’exercice afin de voir s’ils se sont matérialisés.

SOUHAIT 2016

À la ville de Québec, une équipe de la LNH! (c’est le partisan de hockey et l’animateur qui parle!)

RÉALITÉ 2017... toujours en attente!

SOUHAIT 2016

À Carey Price une saison sans blessure.

RÉALITÉ 2017... OK pour l’an dernier, mais pas cette saison. Par contre, on ne sait pas vraiment si la blessure était physique ou mentale. C’est ce qui arrive quand on entretient le doute!

SOUHAIT 2016

Tant qu’à parler du CH, je leur souhaite de longues et prolifiques séries (c’est encore le partisan de hockey et l’animateur qui parle!).

RÉALITÉ 2017... les séries n’ont pas été longues l’an dernier et rien n’est gagné pour y accéder cette année.

SOUHAIT 2016

Aux Panthers, des estrades aussi vides que lorsqu’ils gagnaient, car congédier Gérard Gallant n’était pas la solution.

RÉALITÉ 2017... Les estrades sont toujours aussi vides en Floride, sinon plus. Et pendant ce temps Gérard Gallant tourne le fer dans la plaie avec les succès incommensurables des Golden Knights.

SOUHAIT 2016

À John Scott, une retraite heureuse et paisible avec sa famille, un destin différent de plusieurs de ses pairs.

RÉALITÉ 2017... Aux dernières nouvelles, Scott vit bien sa retraite. Il s’improvise brasseur et on pourrait, un jour peut-être, déguster sa cuvée belge.

SOUHAIT 2016

Aux Maple Leafs de Toronto de continuer de voir une progression au sein de leur équipe.

RÉALITÉ 2017... Sans doute mon souhait qui s’est le plus concrétisé! 2017 fut toute une année pour les Leafs, de bon augure pour 2018.

SOUHAIT 2016

À Alex Radulov, une saison de 80 points, dont 15 buts.

RÉALITÉ 2017... Radulov a reçu mes souhaits et les a même bonifiés avec ses 18 buts l’an dernier, mais il a manqué d’essence pour atteindre les 80 points. Cela dit, ce plateau serait atteignable cette saison s’il maintient le rythme à Dallas.

SOUHAIT 2016

À ce même Radulov, un nouveau contrat qui justifie son effort et, par le fait même au Canadien, un Radulov qui en donnera autant à la suite de la signature dudit contrat.

RÉALITÉ 2017... Autre souhait qui s’est concrétisé. Malheureusement pour le Canadien, c’est Dallas qui profite de l’investissement qu’est Radulov.

SOUHAIT 2016

Aux Hurricanes de jouer devant des foules dignes des bonnes performances de l’équipe.

RÉALITÉ 2017... pas de chance, les foules sont toujours aussi minces à Raleigh. Un nouveau propriétaire semble sûr de réussir où tant ont échoué. Nous verrons bien, mais cette équipe semble destinée à jouer devant des salles à demi remplies en Caroline.

SOUHAIT 2016

À John Tavares, de signer avec une équipe qui aspire aux grands honneurs qui ne sera évidemment pas les Islanders.

RÉALITÉ 2017... Tavares n’est toujours pas branché sur son avenir. Mais son souhait à lui était de voir une vision à long terme chez les Islanders. Un nouvel amphithéâtre sera-t-il suffisant? En tout cas, ça ne l’approche pas d’une coupe Stanley!

SOUHAIT 2016

À Sidney Crosby, un trophée Maurice-Richard.

RÉALITÉ 2017... Grâce à ses 44 buts, Crosby a remporté son second titre de meilleur buteur. La première fois en 2009-10, il en avait marqué 51.

SOUHAIT 2016

À Jonathan Quick une convalescence rapide (sans mauvais jeu de mots). La LNH a besoin de toi autant que les Kings!

RÉALITÉ 2017... Quick a pris plus de temps que prévu pour guérir. Mais cette saison il est véritablement l’ombre de lui-même. Les Kings aussi!

SOUHAIT 2016

(Oui 13, je m’offre un cadeau!) Aux Knights de Vegas d'ajouter «Las» à leur nom et de bien choisir au repêchage d’expansion pour ainsi éviter les années de misère qu'ont connues Columbus et l'Arizona.

RÉALITÉ 2017... Pas de «Las», mais ô combien de performances dignes d’as! Les Golden Knights ont profité pleinement des «conditions gagnantes» que Gary Bettman leur a offertes. De fait, ils sont en voie de redéfinir la façon que l’on accueille une nouvelle organisation.

Alors voilà, pas si mal quand même.

Ne reste plus qu’à vous souhaiter de belles fêtes et une bonne année 2018... même si je ne vérifierai pas le résultat!