Canadiens de Montréal

La fatigue mentale des Canadiens

Publié | Mis à jour

Les Canadiens semblent composer avec le même vilain problème depuis le début de la saison : il est difficile pour eux de maintenir le niveau d’effort adéquat match après match.

C’est ce qui expliquerait en bonne partie leur campagne en montagnes russes.

«Tu as a vu Dany une séance d’entraînement intense aujourd’hui, mais ce n’est pas toujours ce qu’on voit dans les matchs, a déploré Renaud Lavoie à l’émission #LavoieDubé, lundi soir.

«Et ça, c’est très, très, très problématique... C’est inquiétant pour beaucoup de joueurs dans l’équipe qui ont le succès de la formation à cœur.

«J’ai de la difficulté à m’expliquer que, samedi, alors que c’était féérique et que ça ressemblait à un match des séries, on a vu une équipe qui était incapable de traverser la ligne rouge!» 

L’entraîneur-chef Claude Julien a lui aussi fait part de ce manque de constance lors de son entretien avec les médias. 

«L’effort est là certains soirs alors que durant d'autres, on pourrait être plus dédiés dans certains aspects du jeu. Dans les bagarres pour les rondelles libres, c’est davantage une question de volonté», a estimé le pilote.  

On se rappellera que ses ouailles avaient montré beaucoup d’ardeur pour venir à bout des Devils, jeudi dernier.

«Lorsque les Canadien sont reposés, il y a beaucoup plus d’enthousiasme et d’intensité dans leur jeu. Leur problème, c’est de réussir à offrir de bonnes performances match après match, a relevé Dany Dubé.

«En première période, c’était 80% pour Ottawa les mises au jeu... 78% après 40 minutes...  C’est de la fatigue physique, c’est de la fatigue mentale.»  

Les problèmes du CH seraient alors d’ordre psychologique.  

«[Quand] tu n’es pas capable de contrôler l’adversaire, il n’y a rien de pire que ça, Renaud. Dans les cercles, les joueurs adverses peuvent avoir un avantage psychologique. Ce n’est pas pour rien que les attaquants des Canadiens se font souvent sortir du cercle des mises au jeu. Ils essaient de tricher, de précipiter leurs gestes.» 

Écoutez les explications de nos deux experts dans la vidéo ci-dessus.