SPO-TRIATHLON INTERNATIONAL MONTREAL ITU HOMME ELITE

Crédit : Dario Ayala / Agence QMI

Athletisme

«Ma plus grosse compétition à vie»

Agence QMI / Richard Boutin

Publié | Mis à jour

Alexis Lepage prendra part aux Jeux du Commonwealth qui se dérouleront du 4 au 15 avril à Gold Coast en Australie.

Le triathlète du Rouge et Or de l’Université Laval a reçu la bonne nouvelle, mercredi, et il prendra part à l’épreuve individuelle et celle du relais mixte où le Canada a pris le 5e rang au championnat mondial l’an dernier.

« Je suis très heureux, a mentionné Lepage après un entraînement en piscine. Je ne suis pas surpris parce que je savais que j’avais performé assez bien pour mériter ma sélection. C’était l’objectif de ma saison. »

Cette sélection tombe à point pour Lepage qui avait dû renoncer au mondial U-23 en septembre dernier à Rotterdam en raison d’une blessure à un mollet.

« On a fait beaucoup de travail en début d’année pour éviter les blessures, a-t-il expliqué. Ça va être ma plus grosse compétition à vie. On vise un podium en relais et je vais donner mon 100 pour cent à l’épreuve individuelle. »

Pour optimiser sa préparation, Lepage a récemment retenu les services de Charles Castonguay. Ce dernier est le préparateur physique du fondeur Alex Harvey.

Le retour à Québec sourit à Alexis Lepage qui s’est entraîné pendant deux ans en Australie avec l’entraîneur de la championne olympique en titre sans obtenir les résultats souhaités.

« Sa saison 2016 de mars à août a été vraiment catastrophique, a résumé son nouvel entraîneur Pierre-Yves Gigou, et son niveau de confiance était très faible quand nous avons commencé à travailler ensemble en septembre 2016. Malgré tout, je n’ai jamais eu de doutes sur son potentiel. Il possède des qualités impressionnantes. »

L’importance de la préparation

« Avec le groupe d’entraînement le plus relevé du monde, un excellent entraîneur et un climat idéal pour le triathlon, les conditions gagnantes semblaient réunies, mais Alexis a besoin d’un entraînement très spécifique, a expliqué Gigou. Alexis s’entraînait avec des gens qui avaient déjà atteint leur maturité d’athlète, ce qui n’est pas son cas. Il a aussi participé à certaines courses où il n’était pas prêt. Alexis performe très bien, mais il doit être bien préparé. »

« Il y avait un risque de le perdre en 2016 si ça n’avait pas bien marché, de poursuivre l’entraîneur-chef du Rouge et Or. Pour cette raison, je ressentais une pression pour que ça fonctionne. Avec l’ajout de Charles Castonguay qui est le meilleur dans son domaine, on ajoute un petit plus compte tenu de ses objectifs sur la scène internationale. »