Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

LAH

Les pendules remises à l’heure

Publié | Mis à jour

La nomination du capitaine survient à un bon moment chez le Rocket. L’équipe a ralenti la cadence depuis son voyage de trois matchs dans le nord-est des États-Unis.

Elle a remporté une seule victoire à ses cinq récentes sorties. La défaite par blanchissage face aux Marlies de Toronto, mercredi soir, à Laval, a laissé l’entraîneur-chef sur son appétit.

L’intensité était donc au rendez-vous à l’entraînement jeudi midi. Il n’est pas question de laisser deux points gratuitement aux rivaux de division, le Crunch de Syracuse, ce soir, dans le premier d’un programme double ce week-end face au club-école du Lightning.

«Il fallait remettre les pendules à l’heure. C’est important de le faire en début de saison, a souligné Lefebvre, qui n’a pas apprécié la façon d’encaisser la défaite de 3 à 0. Ils croyaient l’avoir facile.»

En adoptant cette philosophie face à une formation aussi talentueuse que les Marlies, c’était donc voué à l’échec. Le Rocket flottait encore sur son gain à Toronto, samedi dernier, avant d’être rappelé sur Terre.

Pas à la hauteur

«Nous avons eu un bon début de saison, mais depuis quelque temps, nous ne jouons pas comme nous le devrions, a signalé le vétéran défenseur Matt Taormina. Il faut revenir à nos bonnes habitudes du tout début de la saison. Il faut être meilleur à l’attaque et sur l’échec avant. Défensivement, nous donnons aussi beaucoup trop de bonnes chances de marquer.

«C’est tout de même assez tôt dans la saison, a enchaîné celui qui affrontera son ancienne équipe ce soir. Ça permet donc de nous débarrasser des mauvais plis en reprenant la bonne voie.»

Déjà privé de Nikita Scherbak et de Michael McCarron, tout indique que le Rocket devra trouver le moyen de gagner sans son meilleur marqueur, Chris Terry. Celui qui compte six buts et 11 points en 10 matchs est blessé au bas du corps. Il a pris part au duel contre les Marlies mercredi, mais selon Lefebvre, il ne sera pas en uniforme face au Crunch.

«Sans ces gars, ça nous enlève beaucoup de points sur la feuille. C’est aux autres de prendre le relais», a souhaité l’entraîneur.

Après un lent début de campagne, le Crunch de Benoit Groulx reprend du poil de la bête. Il a enregistré trois points à ses deux dernières sorties, alors qu’il a échappé le quatrième en tirs de barrage à Belleville mercredi. Cory Conacher, Michael Bournival et Anthony Cirelli mènent le bal à l’attaque.

Dans le calepin

Le défenseur du Rocket Noah Juulsen a fait un petit pas vers l’arrière dans son processus de réhabilitation. Il a patiné en solitaire depuis deux semaines, mais devra attendre encore près d’un mois avant de renouer avec l’action. Trépignant d’impatience, celui qui avait subi une fracture d’un os du pied à Québec le 18 septembre devra donc encore patienter. Entre-temps, il continuera de gagner en masse musculaire.