LAH

Benoît Groulx revient au Québec

Publié | Mis à jour

Le Rocket de Laval allait recevoir vendredi la visite de l’équipe au dernier rang de leur section Nord dans la Ligue américaine (LAH) : le Crunch de Syracuse.

Cela ne veut pas dire que Benoît Groulx ne connaît pas de succès à la barre de la filiale du Lightning de Tampa Bay.

L’entraîneur-chef et son équipe connaissent des difficultés en ce début de saison, mais le groupe a atteint la finale de la coupe Calder l’an dernier, perdue contre les Griffins de Grand Rapids.

Dans la mesure où l'équipe doit intégrer 16 nouveaux visages cette année, Groulx file le parfait bonheur avec Syracuse.

«On joue dans une division très compétitive cette année et on est une équipe avec beaucoup de jeunes joueurs, s'est-il réjoui en entrevue avec TVA Sports vendredi avant la rencontre. Tout le monde ensemble est en train de trouver sa place tranquillement.

«On a un beau défi cette année, on va devoir jusqu’au bout pour faire les séries. »

À sa deuxième campagne dans la LAH, l’ancien pilote des Olympiques de Gatineau visite la région de Montréal pour la première fois, une occurrence provoquée par l’arrivée du club-école des Canadiens de Montréal à Laval.

«J’ai l’occasion de manger avec des amis ce soir et de voir ma famille en fin de semaine. C’est toujours plaisant de revenir ici et de voir ce qui se passe ici au Québec et de revoir mes amis journalistes! (Rires)»

«Ça m’a fait du bien, j’étais dû pour un changement. Peut-être que le junior était dû pour me voir partir aussi.»

Groulx n’est pas le seul à retrouver le Québec. La filière québécoise du Crunch est vaste avec les Michaël Bournival, Daniel Walcott et autres Mathieu Joseph.

«Ça fait trois ans que je n’ai pas joué ici, raconte Walcott; l’ancien de l’Armada en est à sa troisième année dans la LAH. J’ai beaucoup de famille et amis qui me regardaient presque lors de chaque partie à Blainville-Boisbriand. Ça fait du bien de revenir devant eux à Montréal.

«Il y a des gens qui m’en ont parlé tout l’été, de venir nous voir si on jouait à Laval», a dit Mathieu Joseph, qui espère se relancer en ce début de saison difficile (1 aide en 9 rencontres).

Les proches des Québécois auront d’ailleurs la chance de les voir à l’œuvre deux fois plutôt qu’une, puisque Crunch et Rocket se disputent les honneurs d’un programme double, avec une autre partie prévue à la Place Bell samedi.