CF Montréal

L’Impact n’a pas assez touché au ballon

Publié | Mis à jour

Les joueurs de l'Impact ne s'en cachent pas. Ils n'ont pas connu un bon match à Atlanta.

«Ç’a été un match difficile, pour moi ils ont mieux joué que Toronto», a convenu Samuel Piette.

Voyez ses commentaires dans la vidéo ci-dessus. 

«Ils ont beaucoup de possession de ballon et veut, veut pas, quand tu n’as pas beaucoup le ballon et que tu y touches une fois toutes les cinq minutes, c’est dur de prendre le rythme», a expliqué le milieu de terrain de l’Impact.

Michael Salazar a résumé le match encore plus simplement.

«Ils ont profité de leurs occasions alors que dans notre cas, nous avons eu des chances et nous aurions dû marquer.»

Payer

Atlanta, qui a marqué 19 buts à ses cinq derniers matchs à domicile tout en n’en accordant que trois et en récoltant quatre jeux blancs, est le genre d’équipe qui ne laisse que des miettes à l’adversaire.

«C’est le genre d’équipe qui te fait payer. Ils pressent très bien surtout en première demie», a noté Evan Bush.

Mais Samuel Piette a repris la même idée que Michael Salazar en parlant de manque d’opportunisme.

«On s’est bien ajustés en deuxième demie et on a eu plus de possession, mais on n’a pas été capables de concrétiser devant le but. Des fois, ça fait mal quand on ne concrétise pas et que l’autre équipe contre-attaque, et c’est ce qui est arrivé.»

Difficile

Dans sa course pour une place en séries, l’Impact n’est pas aidé par un calendrier chargé puisqu’il disputera encore deux autres matchs d’ici à samedi.

«On affronte de très bonnes équipes en ce moment, le calendrier est difficile », raconte Piette. On n’a pas de marge de manœuvre et on n’a pas le droit à l’erreur. On a beaucoup de pression pour performer et récolter des points, c’est la difficulté.»