CF Montréal

L’instinct du tueur

Agence QMI / Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Malgré le score, les joueurs de l’Impact avaient le triomphe modeste.

«On a montré du caractère parce que ce n’était pas facile. On a eu l’instinct de tueur qu’on n’a pas eu dans les derniers matchs», a souligné Laurent Ciman, qui avait la voix éraillée à force d’avoir crié sur le terrain.

Le général de la défense montréalaise a toutefois remis la victoire dans son contexte.

«On a gagné un derby, on est contents. Après, il ne faut pas s’enflammer parce qu’ils n’avaient pas les joueurs qu’on connaît.»

Rien à perdre

Si l’Impact a paru s’exprimer librement dès le début du match, c’est peut-être parce qu’il se sait dans une situation désespérée.

«On n’a plus rien à perdre, on va se battre jusqu’au dernier match. Pour nous, rien n’est terminé», a insisté Anthony Jackson-Hamel.

«Peu importe l’équipe contre laquelle on va jouer, peu importe où, peu importe sa fiche, peu importe son classement, on va continuer à se battre», a martelé celui qui a marqué deux buts et récolté une passe.

Par ailleurs, Marco Donadel estime que cette victoire ne fait pas office de message pour le reste de la MLS.

«On n’a pas de message à envoyer à qui que ce soit. Il était important de nous prouver à nous-mêmes que ce n’était pas fini.»

Erreurs

Dans la victoire, l’Impact a fléchi en fin de rencontre, accordant deux buts rapides à Tosaint Ricketts.

«Le seul point négatif, c’est qu’on prend des buts trop facilement. C’est un manque de placement tactique avant tout», a reconnu Ciman, qui espère que la situation sera vite corrigée.

«On a du mal à gérer le score, on prend de mauvaises décisions. On doit s’améliorer. On a les joueurs pour jouer au football, il faut arrêter de balancer les ballons vers l’avant.»