Tennis

Denis Shapovalov: «Je disais aux autres de ne pas me pincer!»

Publié | Mis à jour

Denis Shapovalov n’a pas livré la performance qu’il espérait, dimanche, contre le tenace Pablo Carreno Busta, mais il sort grandi de ses premiers Internationaux des États-Unis après un tournoi où il est devenu la coqueluche du monde entier.

Après sa défaite en trois manches contre la 12e tête de série Pablo Carreno Busta, dimanche, Denis Shapovalov a déposé ses sacs sur le court du stade Arthur Ashe pour saluer une dernière fois les partisans new-yorkais qui lui ont rendu la pareille avec une chaleureuse ovation.

Non, Denis Shapovalov n’est pas près d’oublier cette quinzaine new-yorkaise.

«Je disais aux autres de ne pas me pincer! Je ne voulais pas me réveiller», a lancé «Shapo» au micro de Sportsnet quelques heures après la fin de son beau parcours à Flushing Meadows.

De son propre aveu, ce dernier mois a complètement transformé sa carrière, et sa vie. Après sa demi-finale à Montréal, où il a notamment vaincu Rafael Nadal, et maintenant ce quatrième tour à New York, Shapovalov devrait se retrouver tout près du 50e rang mondial. Un bond tout simplement phénoménal pour le jeune homme de seulement 18 ans, faut-il le rappeler.

«J’ai eu quelques jours pour apprécier le moment après Montréal, mais tout s’est passé tellement rapidement. J’ai dû me remettre rapidement au boulot pour New York et ce sera maintenant la même chose. Je vais avoir quelques journées de repos avant de me tourner vers la Coupe Davis, note le jeune homme. J’aurai le temps de penser à tout ce que j’ai accompli durant la saison morte.»

Shapovalov a beaucoup grandi au cours des dernières semaines et celles-ci seront déterminantes pour la suite de sa carrière.

«Chaque match, je me sens plus confiant. Mentalement, je sens que j’appartiens à ce groupe d’élite et ce sentiment n’a fait qu’augmenter au fil de mes matchs.»

Mais ce dont il se souviendra le plus, c’est l’amour des publics montréalais et new-yorkais.

«Les encouragements des partisans m’ont transporté partout où je suis passé et c’est ce dont je vais le plus me souvenir de ce mois d’août. Ils étaient tellement bruyants et m’encourageaient constamment. C’est inoubliable.»

Shapovalov a révélé avoir l’intention de s’accorder «quatre ou cinq jours de congé» pour prendre du recul et passer du temps avec sa famille. Après quoi sa saison reprendra de plus belle avec la Coupe Davis et la Coupe Laver qui arriveront bien assez vite.