Tournoi du Capitaine Max Pacioretty

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Schlemko découvre Montréal

Publié | Mis à jour

Originaire d’Edmonton, David Schlemko connaît fort bien la réalité d’une ville canadienne, mais pas trop comme joueur. À l’exception de 19 rencontres avec les Flames de Calgary en 2014-2015, il a principalement joué dans de petits marchés avec des arrêts à Phoenix, à Dallas, au New Jersey et à San Jose.

Présent au tournoi de Max Pacioretty au chic golf Islesmere à Laval, Schlemko a eu un premier aperçu de ce qui l’attend au cours des prochains mois.

«Je crois qu’il n’y avait pas autant de journalistes en séries l’an dernier à San Jose, a lancé le défenseur de 30 ans. C’est nouveau pour moi de me retrouver devant autant de micros. Mais c’est agréable d’être dans un environnement de hockey.»

Schlemko a mis le cap sur Montréal jeudi dernier, plusieurs jours avant l’ouverture du camp, prévue le 14 septembre.

«J’ai décidé d’arriver rapidement à Montréal, a-t-il poursuivi. Je voulais connaître les joueurs de l’équipe et me familiariser avec la ville. Je devais aussi débarquer un peu plus tôt puisque l’une de mes filles est à l’école.»

Réclamé par les Golden Knights de Vegas au repêchage d’expansion, Schlemko n’aura passé que quelques heures au sein de cette organisation. Les Golden Knights l’ont échangé au CH contre un choix de 5e tour à l’encan de 2019 dès le lendemain de sa sélection.

«Ce n’est pas la première fois que je change d’équipe, alors je sais à quoi m’attendre, a rappelé celui qui a joué 62 matchs l’an dernier avec les Sharks. Je chercherai à jouer mon style, c’est tout. J’aime dire que je suis un défenseur complet. Je peux relancer l’attaque et jouer des rôles sur les unités spéciales. Mais pour connaître mes défauts, il faut poser la question aux entraîneurs !»

Un vote de confiance

Toujours aussi barbu, Jordie Benn a aussi fait un brin de jasette avec les journalistes. Il s’est dit très flatté par la décision de Marc Bergevin de le protéger lors du repêchage d’expansion. Shea Weber et Jeff Petry étaient les deux autres défenseurs protégés par l’équipe.

«C’était un gros vote de confiance, a souligné l’ancien des Stars de Dallas. J’avais un message de Marc sur mon cellulaire et il me disait de le rappeler. Pour être honnête, j’avais seulement reçu une fois ce type de message et c’était pour m’informer de mon départ de Dallas pour Montréal. Sur le coup, j’étais un peu nerveux. Je pensais à une autre transaction. J’étais soulagé quand j’ai compris ce qu’il se passait. Je voulais revenir avec le Canadien.»