Coupe Rogers 2019

Tous dans le «lave-auto»

Tous dans le «lave-auto»

Paul Rivard

Publié 06 août 2017
Mis à jour 06 août 2017

C’est toujours un moment privilégié pour tout journaliste de sport. Ça l’est encore plus quand, au-delà du boulot, on aime le sport et ses acteurs. Imaginez, en plus, lorsqu’on le pratique deux à trois fois par semaine.

La Coupe Rogers démarrait officieusement ce week-end avec les séances de qualifications et les entrevues individuelles en compagnie des vedettes du tournoi. Permettez-moi donc d’amorcer ma série de textes consacrés à l’événement, avec cette tâche très particulière que sont ces rencontres. Et à quel point le passionné de tennis en moi s’y livre avec ravissement!

«Face à face»... «One on one»... peu importe la langue, la plus intéressante expression anglophone pour décrire ce type d’exercice, c’est «Car Wash», alors que les athlètes défilent les uns après les autres, d’une salle d’entrevue à l’autre, pour satisfaire les besoins des médias. Tout comme défilent les véhicules dans un lave-auto, par un bel après-midi de printemps.

Ainsi, dans notre «lave-auto» ont défilé les Canadiens Milos Raonic, Vasek Pospisil, Denis Shapovalov et Brayden Schnur, l’Espagnol Rafael Nadal, les Américains John Isner et Steve Johnson, le Bulgare Grigor Dimitrov, l’Australien Nick Kyrgios, le Belge David Goffin, les Français Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils, Richard Gasquet, Benoit Paire et Lucas Pouille ainsi que, SURTOUT, le Suisse Roger Federer.

Une quinzaine de joueurs dont vous pourrez entendre, en totalité ou en partie, les propos pendant la semaine qui viendra, tant sur notre site internet que sur nos ondes pendant les prochains jours.

Entrevues à la chaîne

Ici, les joueurs passent souvent par la salle d’entrevue pour les médias en premier lieu. Ensuite, par la rencontre avec le représentant de TVA Sports, puis en compagnie de celui de Sportsnet, Arash Madani, et en terminant par le représentant de l’ATP. Dans l’ordre ou le désordre.

Frédéric Behrer, producteur à TVA Sports et ex-étoile de tennis chez les 13-14 ans, à Québec, me mentionnait qu’il s’agit ni plus ni moins de la même routine dans la LNH, alors que mon collègue Louis Jean se tape ce type d’entrevues à répétition pendant la longue saison de hockey.

Et si nous, intervieweurs, enchaînons les athlètes, c’est clair que ces derniers sont dans le même bateau. Et ce serait mentir que de vous dire qu’il s’agit de leur plus belle journée dans un tournoi. Mais il faut les comprendre, car ils doivent avoir l’épouvantable impression de se répéter en plus de ne plus se rappeler s’ils ont émis les mêmes propos à la même personne. Cela étant dit, par expérience, je dois leur lever mon chapeau. Tant les vedettes de la WTA, l’an dernier, que celles de l’ATP, cette année, ont fait preuve de grand professionnalisme et de respect envers nous, dans ces circonstances.

Milos Raonic - Paul Rivard

La préparation prend ici toute son importance puisque l’identité et le nombre de joueurs sollicités ne sont pas toujours ceux que l’on croyait se voir offrir. Ni l’ordre d’entrée. Ainsi, il faut avoir une bonne base de recherche, mais également posséder les principales informations ou anecdotes, car, souvent, le temps d’ajustement est minime.

Bien modeste problème, entre vous et moi, lorsqu’on voit arriver ces tennismen que l’on suit à l’année... mais à distance grâce au petit écran. Chacun d’eux vous sortira une ou deux réponses intéressantes qui permettront d’orienter la discussion sur un sujet parallèle, non prévu et souvent plus intéressant.

Deux grands athlètes

Mon coup de cœur... outre ma grande idole Roger Federer? L’Américain John Isner.

Le géant de 6 pi. 10 po. a été généreux, passionné, intéressant et surprenant surtout lorsqu’il a parlé de son intérêt pour le hockey et particulièrement pour l’équipe de son coin de pays, la Caroline du Nord. Voilà bien longtemps que je n’avais pas entendu quelqu’un vanter les Hurricanes.

Oui, Federer et Isner. Deux GRANDS joueurs. L’un au figuré... l’autre au sens propre!