Coupe Rogers 2020

Un aplomb à retrouver pour Milos Raonic

Publié | Mis à jour

Milos Raonic cherche à retrouver son aplomb et à exceller dans les moments décisifs. Le Stade Uniprix pourrait être l’endroit idéal pour renouer avec la victoire, lui qui n’a remporté aucun titre depuis le tournoi de Brisbane en janvier 2016.

Le Canadien de 26 ans reprend peu à peu sa place sur l’échiquier mondial alors qu’il a perdu de précieux rangs depuis le début de l’année, passant du troisième au 10e échelon.

L’athlète de 6 pi 5 po et 216 lb a du mal à remporter les grands matchs devant des adversaires coriaces qui gravitent près de lui au classement mondial. Il a entre autres trébuché face à Tomas Berdych, Alexander Zverev, Jack Sock et Marin Cilic cette année.

Sur le gazon de Wimbledon, en quarts de finale, il s’est toutefois buté au Maître, Roger Federer, qui était en route vers un huitième titre à Londres.

En santé

Le gagnant de huit titres dans le circuit de l’ATP parvient néanmoins à mettre une touche positive à ses récentes performances.

«Physiquement, je suis en santé depuis un bon bout de temps, ce qui est très bon. Un autre point positif, c’est que mon jeu s’améliore depuis quelques semaines. Cela me donne confiance. J’espère que ce sera le cas cette semaine», a soutenu Raonic, qui entrera en scène au second tour.

C’est qu’il n’a pas eu complètement la tête sur le terrain au cours des 12 derniers mois.

«Je n’ai pas uniquement pensé au tennis. Je pensais à plein de choses à l’extérieur du court. Je pensais à d’autres aspects de mon jeu en plus de rester en santé. Depuis quelque temps, je suis en mesure de me concentrer uniquement sur le tennis. C’est ce qu’il faut pour bien faire.»

«Tout ce qu’il a à faire, c’est gagner. Parfois, il faut être patient et attendre le moment opportun, a dit Rafael Nadal à propos des performances du Canadien. Ça arrive à plusieurs joueurs. Il a été touché par les blessures. C’est toujours plus difficile, mais il les a bien gérées. C’est un joueur très talentueux. C’est un bon candidat pour gagner la plupart des tournois auxquels il participe, surtout ceux à domicile.»

Doux souvenirs

L’air de Montréal remémore à Raonic les doux souvenirs de sa participation à la finale de 2013. Il s’était alors incliné devant Rafael Nadal dans la quatrième finale de sa carrière. En 2015, il avait pris la porte de sortie dès son premier match, au second tour. Un épisode à oublier.

«C’est bien de revenir ici. Je connais davantage les installations qu’à Toronto. Je m’y suis souvent entraîné. J’ai un sentiment de familiarité avec le Stade Uniprix. Les partisans m’accueillent chaleureusement et ma famille peut m’accompagner durant tout le tournoi.»

Raonic ne vise rien de moins que la victoire en finale. L’atteinte de cet objectif ultime le ferait avancer au classement, mais cela le préparerait aussi en vue du prochain et dernier tournoi du Grand Chelem de la saison, les Internationaux des États-Unis, lui qui cherche à signer sa première victoire majeure.