SPO-TRIATHLON INTERNATIONAL MONTREAL ITU HOMME ELITE

Crédit : Dario Ayala / Agence QMI

Athletisme

Javier Gomez Noya triomphe au Triathlon de Montréal

Publié | Mis à jour

Malgré la difficulté du parcours et le vent incessant, rien n’aurait pu arrêter Javier Gomez Noya, dimanche après-midi, au Triathlon international de Montréal. L’Espagnol a franchi la ligne d’arrivée loin devant la concurrence, pour remporter sa deuxième victoire de la saison en Séries mondiales après celle d’Abu Dhabi.

«Je suis très heureux de cette victoire, a lancé l’athlète de 34 ans, qui a signé un temps de 1 h 47 min 50 s. Je savais que j’étais bien positionné à vélo dans l’échappée avec laquelle on a réussi à creuser l’écart avec le groupe de chasse. Ensuite, j’ai eu une très bonne course.»

Dixième à sortir de l’eau, l’Espagnol, cinq fois champion des Séries mondiales, a dû travailler fort dans la première boucle à vélo pour joindre le peloton de tête. Après la transition vers la course à pied, il s’est rapidement détaché des autres.

Le circuit montréalais a également souri à Kristian Blummenfelt, vainqueur de la Coupe du monde disputée sur le même site l’an dernier. Le Norvégien a obtenu son meilleur résultat en carrière en Séries mondiales en terminant deuxième, à 15 secondes de Gomez Noya.

De son côté, le Sud-Africain Richard Murray a surpris un peu tout le monde en fin de course, particulièrement le Britannique Jonathan Brownlee, à qui il a ravi la médaille de bronze. Après avoir passé la majeure partie du segment à vélo dans le groupe de chasse, Murray a réalisé une remontée spectaculaire à la course à pied pour finalement conclure à 52 secondes du vainqueur.

«Je n’ai pas trop pensé à ce que je faisais. J’ai réalisé à mi-chemin dans le deuxième tour que j’avais une chance de rattraper Johnny, a expliqué Murray, qui a célébré avec les spectateurs dans les derniers mètres de l’épreuve. La foule était super, très présente. Je crois que la plupart des athlètes ont apprécié. C’est un endroit formidable pour faire une course.»

Mola à plat

Après avoir remporté les quatre dernières étapes des Séries mondiales, le meneur du classement général, l’Espagnol Mario Mola, a dû se contenter du 14e rang. Après une nage difficile, il a pris les commandes du peloton de chasse à vélo où il a laissé beaucoup d’énergies.

«J’ai commencé la course en force, mais à mi-chemin dans le segment, mes jambes m’ont dit: ça suffit pour aujourd’hui. J’ai fini la course avec ce qui me restait d’énergie», a raconté l’Espagnol de 27 ans, qui a fini avec un retard de 2 min 10 s.

Les favoris de la foule, le Québécois Alexis Lepage et le Manitobain Tyler Mislawchuk, ont connu de beaux moments sur le parcours, particulièrement à vélo où ils se sont maintenus dans le top 15. Après une course à pied plus difficile, ils ont conclu respectivement aux 29e et 33e rangs.