Crédit : Ben Pelosse / JdeM

Michel Godbout

E pour ÉLECTRISANT!

E pour ÉLECTRISANT!

Michel Godbout

Publié 30 juillet 2017
Mis à jour 30 juillet 2017

Les voitures sont électriques.

Le spectacle était électrisant!

Oui, le lien est facile, mais honnêtement c'était bel et bien le cas.

Ce premier contact avec la Formule E a été palpitant du feu vert au drapeau à damier.

Je sais que cette course a causé des inconvénients à la circulation, aux travailleurs et aux résidents de cette partie du centre-ville.  Beaucoup s'en sont plaints, comme pour le Festival Juste pour Rire et le Festival de Jazz lors de leurs débuts. 

Mais comme dans le cas de ces derniers, la Formule E méritait elle aussi sa chance.

Et à l'instar du jazz et du rire, l'électricité était dans l'air tout au long du week-end.

Des estrades remplies autour de moi dimanche m'ont permis de constater à quel point plusieurs amateurs de courses avaient hâte de comparer la FE à la F1.

«Ça ''clenche'',» disait Éric venu de Terrebonne.

En effet, les vitesses étaient impressionnantes pour un circuit urbain, quoique limité pour conserver les batteries en raison de la longueur de la piste.

Le plus impressionnant lors des accélérations était le silence dans lequel elles se réalisaient.  Mais c'est au niveau du freinage dans les coins que le véritable spectacle avait lieu.  Des dépassements presque à chacun de ces endroits stratégiques font de la FE un événement excitant et imprévisible, tout le contraire de sa richissime et bruyante cousine.

La FE nous a prouvé qu'elle avait autre chose à offrir que la F1, un complément en quelque sorte.  Mais un complément qui nous donne une vitrine sur l'avenir de l'automobile et cet avenir semble prometteur.

La FE réalisera des avancées technologiques à pas de géants qui seront ensuite appliqués sur nos voitures de route.  Prenez par exemple le développement des batteries.  Les génératrices utilisées pour charger ces batteries fonctionnent avec un glycol inventé pour la FE et ce glycol se mange, il goûte le miel!

Au début de la FE, on utilisait 10 génératrices pour charger les batteries.

Aujourd'hui, deux font le travail.  Tout ça en l'espace de 3 ans!  C'est vous dire la rapidité à laquelle la FE se développe.  Avec de nouveaux gros joueurs comme Mercedes qui se joindront au circuit dès l'an prochain, c'est de bon augure pour le développement de la FE et pour les voitures que vous et moi allons éventuellement conduire.

Pour l'instant la FE planche sur l'autonomie des batteries ce qui fera en sorte que chaque pilote pourra compléter sa course avec une seule voiture au lieu de deux.

La durée des courses pourrait aussi s'accroître, les 37 tours actuels s'écoulent en seulement 50 minutes, ce qui est un peu trop vite.

Donc, au final, deux courses enlevantes qui, à mon humble avis, ont offert une magnifique publicité pour Montréal.

Franchement, j'ai bien hâte à l'an prochain!