Photo : Oriol Servia a testé une Dallara propulsée par Honda.

Indycar

L'IndyCar teste sa prochaine génération de bolides

Publié | Mis à jour

L’IndyCar a testé la prochaine génération de ses bolides, mardi sur la piste ovale de l’Indianapolis Motor Speedway.

Les vedettes Juan Pablo Montoya dans une Dallara IR-12 au moteur Chevrolet et Oriol Servia dans une autre Dallara propulsée par Honda ont étrenné les nouveaux châssis utilisés en IndyCar à partir de 2018.

«C’est excitant d’essayer les voitures pour la première fois, s’est réjoui Montoya, vétéran colombien de Team Penske, ancien pilote de Formule 1 et double vainqueur des 500 miles d’Indianapolis. Espérons que, si tout se passe bien, je pourrai les conduire ici à Indianapolis l’année prochaine.»

Montoya et Servia, Espagnol de chez Rahal Letterman, ont passé du temps le week-end dernier dans un simulateur de Dallara afin de se familiariser avec le format des nouveaux véhicules.

«Je suis content que l’IndyCar nous ait choisis, a déclaré Servia, lui aussi cité sur le site officiel du circuit. Très honoré. Nous espérons pouvoir aider un peu pour avoir un meilleur produit que si nous n’avions pas été là.»

La procédure permet à l’IndyCar permet de confirmer que les nouveaux ensembles universels testés répondent à tous les critères de développement selon Jay Frye, président de la compétition et des opérations.

«Nous avons un plan et l’IndyCar veut s’assurer que nous le suivions, a commenté Montoya. Nous allons commencer très lentement, nous assurer que la voiture fasse ce qu’on veut qu,elle fasse.

«C’est normal d’y aller ainsi chaque fois que tu as une nouvelle voiture. La vitesse augmentera progressivement.»

Les tests allaient se poursuivre à Indianapolis mercredi. Les écuries de l’IndyCar devraient recevoir leurs châssis en novembre prochain, ce qui leur accordera une période-tampon afin de préparer leurs voitures pour des tests privés, prévus pour janvier 2018.