Crédit : Veronica Henri/Toronto Sun/QMI Agency

LNH

Donald Fehr s’interroge sur certaines décisions de la LNH

Publié | Mis à jour

Le directeur de l’Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey (AJLNH), Donald Fehr, s’interroge sur certaines décisions du circuit Bettman, notamment celle de ne pas envoyer ses vedettes aux Jeux olympiques de 2018, ainsi que sur le futur de la Coupe du monde.

Ancien grand patron du syndicat des joueurs du baseball majeur, Fehr estime d’ailleurs à mots couverts que la ligue fait fausse route en choisissant de laisser ses hockeyeurs en Amérique du Nord durant les Jeux de Pyeongchang l’an prochain.

«Les joueurs pensent qu’une participation aux Olympiques est importante pour plusieurs raisons, surtout à cause de la signification de cet événement. C’est pour eux une question de patriotisme et d’avoir la fierté de représenter un pays», a-t-il indiqué récemment au réseau Sportsnet.

«J’aimerais croire que nous entrons dans une ère où nous pourrons organiser conjointement avec la ligue une série de compétitions internationales, comme la Coupe du monde, visant à faire grandir notre sport, à découvrir de nouveaux marchés et à créer d’autres opportunités. Toutefois, je ne serais pas honnête si je vous disais que la décision unilatérale du circuit relative aux Olympiques ne soulève pas de sérieux doutes à cet effet», a-t-il ajouté, précisant que les joueurs n’avaient pas été encore rémunérés pour leur présence à la Coupe du monde 2016.

Non au plafond

Par ailleurs, Fehr a d’autres sources de préoccupation, à commencer par la présence d’un plafond salarial. À ses yeux, celui-ci est une nuisance en soi.

«Sommes-nous heureux qu’il y ait un plafond? La réponse est non. Tout le monde comprend ça. [...] Ce n’est pas bon pour la promotion du sport et le baseball a clairement démontré que cette limite n’est pas nécessaire pour le succès, a-t-il affirmé.

«Il importe davantage que le dollar canadien grimpe, de sorte que les revenus seront en hausse et que nous pourrons effectuer un virage majeur au cours de la prochaine saison.»

Pour Fehr, la ligue aurait tout intérêt à se faire connaître davantage loin de ses marchés traditionnels pour faire augmenter ses revenus.

«À ce niveau, nous sommes sous les 4,5 milliards $, alors que la NBA se situe entre 6,5 et 7 milliards $. Je pense que la scène internationale est la clé. [...] Il faut en prendre avantage, les propriétaires sont prêts à investir beaucoup et nous verrons s’ils agiront en ce sens. Par exemple, les matchs préparatoires en Chine [entre les Kings de Los Angeles et les Canucks de Vancouver en septembre] seront-ils un grand pas ou juste un petit?», a émis Fehr.