LNH

Des histoires d'expansion

Des histoires d'expansion

Michel Godbout

Publié 20 juin 2017
Mis à jour 20 juin 2017

L'histoire des repêchages d'expansion dans la Ligue nationale de hockey en est une plutôt divertissante.

La LNH en sera à sa 12e expansion mercredi soir et le moins que l'on puisse dire, c'est que les 11 repêchages précédents ont tous été marqués par certaines incongruités.

Les équipes qui ont été introduites ont rarement eu de très bonnes cuvées de joueurs pour être compétitives.

Pourtant, comme c'est le cas cette année, tout avait été mis en place (sur papier du moins) pour aider, le plus possible, les nouveaux venus.

Je vous propose donc un petit voyage dans le temps!

1967

La première véritable expansion de la LNH, faisant passer le nombre d'équipes de 6 à 12.

Le circuit se montre généreux en permettant aux six équipes originales de ne protéger qu'un gardien et 11 patineurs. Elles devaient fournir pas moins de 20 joueurs chaque (dans toute l'organisation) aux six nouvelles formations!

C'est ce repêchage qui a permis aux Blues de St-Louis d'acquérir Glenn Hall et aux Flyers de Philadelphie d'obtenir Bernard Parent.

1970

Les Sabres de Buffalo et les Canucks de Vancouver n'avaient pas une grande sélection devant elles.

C'est une grande roulette style «Roue de Fortune» qui allait déterminer laquelle des deux équipes obtiendrait le premier choix. Les Sabres l'ont emporté et ont choisi Gilbert Perreault.

Drôle de coïncidence, les deux équipes ont sélectionné des joueurs qui allaient éventuellement devenir leur directeur général: Gerry Meehan (BUF) et Pat Quinn (VAN).

1972

Pour l'arrivée des Islanders de New York et des Flames d'Atlanta, la LNH a changé ses règlements.

Les équipes existantes pouvaient protéger 15 joueurs et deux gardiens. Non seulement cela, mais chaque équipe pouvait perdre jusqu'à trois joueurs.

N'ayant pas protégé un certain Billy Smith, qui n'avait joué que cinq matchs pour eux, les Kings de Los Angeles ont perdu ce jeune gardien au profit des Islanders. Pas mal comme sélection!

1974

Les Capitals de Washington et les Scouts de Kansas City ont la réputation peu envieuse d'être les pires équipes d'expansion de tout le sport professionnel!

Mais il y avait une raison derrière tout cela: l'Association mondiale de hockey.

Ce circuit compétiteur à la LNH avait dilué le talent disponible pour les Capitals et les Scouts. Preuve flagrante: à leur première saison, les 22 joueurs des Caps n'ont marqué que 40 buts et l'équipe n'avait remporté qu'un seul match à l'étranger!

1979

C'est l'intégration de l'Association mondiale. Le repêchage d'expansion est compliqué par l'arrivée de plusieurs joueurs dont les droits appartenaient à certaines équipes de la LNH qui cherchaient ainsi à les réclamer.

L'exemple le plus frappant étant celui de Bobby Hull, qui jouait pour les Jets de Winnipeg, mais dont les droits dans la LNH appartenaient aux Blackhawks de Chicago.

Il y a donc eu beaucoup de négociations en coulisses (Bonjour 2017!), notamment de la part des Nordiques de Québec qui ont demandé à Chicago de ne pas sélectionner Réal Cloutier. En retour, les Blackhawks ont reçu le premier choix de Québec. Les Hawks ont alors choisi Denis Savard.

1991

Entrée en scène des Sharks de San Jose, qui sont achetés par les propriétaires des North Stars du Minnesota. Ces derniers sont obligés de vendre leurs parts dans les North Stars, mais en retour, ils ont droit de choisir 30 joueurs de l'organisation du Minnesota qui a cependant eu le droit d'en protéger 16, dont deux gardiens.

En compensation aux North Stars, ceux-ci ont le droit de participer au repêchage d'expansion avec les Sharks pour renflouer leur banque de joueurs.

Un scénario plutôt difficile à comprendre lorsque l'on considère que les North Stars avaient participé à la finale de la Coupe Stanley la saison précédente.

1992

Changement dans les procédures, encore une fois! Les équipes peuvent protéger 14 joueurs et deux gardiens des nouveaux arrivants, les Sénateurs d'Ottawa et le Lightning de Tampa Bay.

Disons que ces deux équipes ont mangé leur pain noir avant de connaître du succès.

1993

Pour accueillir les Panthers de la Floride et les Mighty Ducks d'Anaheim, la LNH a changé son règlement d'expansion à nouveau et permet aux équipes de protéger neuf attaquants, cinq défenseurs et un gardien de but.

Le meilleur coup à été celui des Panthers, qui ont soutiré le gardien John Vanbiesbrouck aux Rangers de New York.

1998

Les Predators de Nashville font leur entrée dans le circuit sous (le refrain est le même!) de nouveaux règlements de repêchage d'expansion.

Les équipes existantes peuvent protéger 15 joueurs et un gardien ou 10 joueurs et deux gardiens. Les Preds prendront Tomas Vokoun aux Canadiens.

1999

Aucun changement aux règles, mais les Thrashers d'Atlanta ne réussissent pas de grands coups lors de cette expansion. Nashville était exempté de la sélection.

2000

Ce fut le dernier repêchage d'expansion avant celui de cette année.

Les Blue Jackets de Columbus et le Wild du Minnesota jouissent des mêmes règlements que les Thrashers en 1999, mais n'arrivent pas à trouver des perles rares.

Sur le lot de joueurs choisis par les deux formations, 15 n'ont jamais joué pour leur équipe d'expansion, dont le gardien québécois Frédéric Chabot.

Pourtant, il y avait du talent disponible: Mark Messier, Grant Fuhr, Paul Coffey et Doug Gilmour, pour ne nommer que ceux-là.

Conclusion

Alors comme on peut le constater, un repêchage d'expansion n'est pas gage de succès, loin de là.

Même si toutes les bonnes intentions semblent être au rendez-vous, rien n'est garanti pour les Golden Knights. Mais à l'instar de certains de ses parieurs, Vegas pourrait peut-être bénéficier d'un peu de chance!

*Billet inspiré de cet article publié sur Sportsnet.