LNH

Que nous réserve l’expansion?

Que nous réserve l’expansion?

Michel Godbout

Publié 16 juin 2017
Mis à jour 16 juin 2017

Nous sommes à quelques jours de l'accouchement.

Les Golden Knights de Vegas naîtront le mercredi 21 juin, autour de 20 heures. Comme prévision de naissance, c'est assez précis!

Tout le monde est fébrile. Mais les membres de la grande famille de la LNH le sont peut-être plus que les parents.

Car le bébé possèdera un ADN formé des 30 équipes du circuit et ces formations ne veulent pas nécessairement se départir de certains éléments.

La mécanique

Rappelons que chaque équipe aura le choix de protéger 7 attaquants, 3 défenseurs et un gardien ou 8 joueurs d'avant et un gardien.

On serait porté à croire que protéger le maximum de joueurs serait la stratégie par défaut, mais la réalité dicte autrement.

Prenez l'exemple des finalistes de la Coupe Stanley. Avec leur brigade défensive élite (Ellis, Subban, Josi, Ekholm), il serait tout à fait logique de voir les Predators opter pour la formule 8-1 pour ainsi protéger 4 défenseurs.

Qui sera protégé?

L’analogie de l'enfant s'applique encore dans les choix de protection.

Demander à une équipe de choisir 11 ou 9 joueurs parmi les 23 qu'elle possède ressemble presque à demander à un parent de choisir son enfant favori.

Entendons-nous, l'exercice sera déchirant.

Prenez l'exemple de la transaction Drouin/Sergachev. Marc Bergevin s'est tiré du lit jeudi matin sachant quels attaquants il voulait protéger. Mais jeudi soir, il devait ajouter Jonathan Drouin à cette liste et ainsi exposer un joueur qu'il avait préalablement décidé de protéger.

Comme je disais... déchirant.

Comme si ce n'était pas assez, certaines équipes se voient dans l'obligation de protéger les joueurs qui possèdent un contrat avec une clause de non-mouvement.

Donc des joueurs qu'on ne peut échanger à moins d'avoir leur consentement.

Deux cas me viennent en tête.

Les Sénateurs ont demandé à Dion Phaneuf de lever sa clause afin qu'ils puissent l'échanger à une autre équipe. Il a refusé.

La vie du DG Pierre Dorion s'est donc compliquée. Étant forcé de protéger Phaneuf, il doit rendre un joueur disponible pour Vegas, un joueur qu'il aimerait mieux garder. Cela dit, il semble que Phaneuf aurait maintenant soumis une liste de 12 équipes auxquelles il aimerait être échangé.

Jason Pominville est un autre joueur possédant ladite clause. S'il ne la lève pas, le Wild pourrait devoir exposer Eric Staal et Erik Haula au repêchage d'expansion puisque Pominville, Koivu, Parisé, Coyle, Granlund, Zucker et Niederreiter seront protégés.
Encore là.... déchirant.

Dans les coulisses

Évidemment, il y aura beaucoup de négociations dans les coulisses d'ici le gel des transactions samedi à 15h.

Certaines équipes offriront un joueur au DG George McPhee par voie de transaction, en retour le DG des Golden Knights devra promettre de ne pas choisir un joueur exposé.

McPhee pourrait ainsi tirer le maximum de sa situation.

Prenons l'exemple de la transaction intra-division.

Elle n'est jamais facile à boucler car les deux formations impliquées ne veulent pas être hantées par leur ancien joueur.

McPhee pourrait jouer l'intermédiaire et acquérir un joueur d'une équipe et ensuite l'échanger à une formation rivale de la même division. Tout le monde s'en lave les mains et Vegas obtient le joueur souhaité!

Bref, soyez aux aguets jusqu'au 21 juin, il y aura quelques soubresauts avant l'accouchement!