Pittsburgh - Nashville

Les Penguins à quelques pas de la coupe

Publié | Mis à jour

Le caisson contenant la coupe Stanley ne se trouvera qu’à quelques mètres d’eux lorsque les joueurs des Penguins de Pittsburgh sauteront sur la glace du Brigstone Arena dimanche soir.

Vous pourrez voir le match no 6 de la finale dès 20h à TVA Sports.

Voyez le reportage de Marc-André Perreault dans la vidéo, ci-dessus.

Une proximité qui, de leur propre avis, devrait augmenter leur désir de vaincre.

«Quand l’objet de ton but ultime se trouve devant toi, c’est suffisant pour t’inciter à offrir la meilleure performance de ta vie, a lancé Chris Kunitz, à l’arrivée des Penguins à Nashville. Les occasions pareilles ne se présentent pas souvent.»

L’attaquant des Penguins est possiblement la personne la mieux placée pour en parler. L’athlète de 37 ans pourrait graver son nom sur le précieux trophée pour la quatrième fois de sa carrière.

Aucun joueur actif présentement dans le circuit Bettman ne l’a fait autant de fois.

L’étincelle de Crosby

À l’instar de ses coéquipiers, Kunitz est conscient que les Predators de Nashville ne voudront pas de laisser écarter du chemin facilement.

D’ailleurs, les Penguins ont vécu ce scénario pas plus tard que l’an dernier, alors qu’ils avaient échoué dans leur tentative de gagner la coupe Stanley devant leurs partisans.

«Eux aussi joueront assurément leur meilleur match. Alors, si on s’assoit ou qu’on perd notre concentration, on leur permettra de revenir. Il faut connaître le même genre de début de rencontre que lors du dernier affrontement. Nous devons appliquer beaucoup de pression et réussir à sortir la foule du match», a-t-il énuméré.

Puisqu’il souhaitera recréer l’étincelle qui a mis le feu au PPG Paints Arena jeudi, soyez assuré que Mike Sullivan amorcera le match avec l’unité pivotée par Sidney Crosby.

«Je sais qu’il ne s’agit pas d’un match comme les autres, mais je dois garder la même approche, a indiqué le capitaine des Penguins. Notre mentalité devra être similaire à celle du dernier match. Nous aurons besoin d’être affamés.»