Pittsburgh - Nashville

Pour Poile, impossible de gagner sans centre no 1

Publié | Mis à jour

David Poile, l’unique directeur général de l’histoire des Predators de Nashville, a conclu deux transactions audacieuses en 2016.

Outre l’acquisition de P.K. Subban, des Canadiens de Montréal, en retour de son capitaine Shea Weber, il s’est tourné vers les Blue Jackets de Columbus pour colmater une brèche criante à l’attaque.

«Parfois tu dois conclure un échange pour combler un besoin. Par exemple, nous n’avions jamais repêché un centre numéro un à l’exception de David Legwand. Il est le seul», a raconté Poile sur les ondes de TVA Sports, jeudi, avant le match no 5 de la finale de la Coupe Stanley contre les Penguins de Pittsburgh. 

«Lorsque nous avons échangé Seth Jones pour Ryan Johansen, la transaction a été bénéfique pour les deux équipes.

D’après Poile, qui est en poste depuis l’inauguration de la concession en 1998, c’était un pari risqué qu’il a fait à la mi-saison 2016-2017.

«Nous savions que nous ne pouvions pas gagner une coupe Stanley tant que nous ne dénichions pas un centre numéro un.»

Par ailleurs, celui qui a aussi occupé les mêmes fonctions avec les Capitals de Washington de 1982 à 1997 se dit absolument fasciné par l’ambiance qui règne dans la capitale du country.

«Le soutien des partisans est phénoménal. Je me suis amené à Nashville il y a 20 ans et peu sont ceux qui croyaient voir un tel engouement un jour», a-t-il raconté.

«Cette saison a surpassé toutes les attentes. Le fait que nous sommes rendus si loin, ce n’est pas seulement à cause des joueurs, mais bien les partisans aussi.»

Voyez l'entretien avec David Poile dans la vidéo, ci-dessus.