Pittsburgh - Nashville

Predators ou Penguins? Quelle est la meilleure équipe?

Predators ou Penguins? Quelle est la meilleure équipe?

Louis Jean

Publié 06 juin 2017
Mis à jour 06 juin 2017

Lorsque tout le monde est complètement reposé et en santé, quelle est la meilleure équipe entre les Penguins de Pittsburgh et les Predators de Nashville? Je vous pose la question.

Je ne veux absolument rien enlever aux Predators, mais je crois que la meilleure équipe sur papier est nettement les Penguins.

Je sais que Nashville possède probablement la meilleure défensive de la ligue et Pekka Rinne a été rien de moins que spectaculaire depuis le début des séries. Toutefois, les Penguins ont Sidney Crosby et Evgeni Malkin. Fin de la discussion.

Maintenant, si je vous demandais quelle a été la meilleure équipe depuis le début de la finale? Sincèrement, on n'a pas d'autre choix que de dire les Predators.

Selon moi, ils ont été supérieurs à Pittsburgh dans 11 des 12 périodes de jeu en finale de la Coupe Stanley.

Ce qui se passe actuellement à Nashville, sur et à l'extérieur de la patinoire, est rien de moins qu'extraordinaire. C'est un conte de fée! C'est un scénario digne de Hollywood. S'ils poursuivent de la sorte, ils seront sacrés champions. Et ils ne l'auront pas volé, croyez-moi.

Toutefois, ce que les Penguins font actuellement est tout aussi remarquable. Peut-être même encore plus. Je m'explique.

Au cours des deux dernières saisons, les Penguins ont joué 211 matchs, si on inclut la saison régulière et les séries. 211 matchs! Ça fait beaucoup de hockey.

J'ai demandé à Wayne Gretzky comment ses deux conquêtes consécutives de la coupe Stanley (chose qu'il a réussi à deux reprises) se comparaient à ce que tentent d'accomplir les Penguins?

«Ce qu'ils tentent de faire est beaucoup, beaucoup plus difficile. Ça ne se compare pas», m'a dit la Merveille.

«Pourquoi?», lui ai-je demandé. Il a notamment parlé de la parité, mais il a aussi parlé du fait que les Penguins ont joué beaucoup de hockey en peu de temps et que ça finit inévitablement par te rattraper.

Gretzky m'a d'ailleurs donné un exemple marquant.

«Je me fous de qui tu es et à quel point tu es bon, la fatigue et l'usure vont finir par te rattraper. C'est ce qui s'est produit lors de notre première coupe Stanley en 1984. Les Islanders de New York participaient à une cinquième finale consécutive. Ils étaient brûlés. Tout cela a joué en notre faveur.»

De retour en 2017, il est clair que la fatigue commence à faire mal. Chez les Penguins, les deux finales de suite laissent des traces indéniables.

Sans oublier que plusieurs joueurs ont participé à la Coupe du monde de hockey en septembre dernier et participé à des matchs préparatoires. 

Si les Penguins réussissent à gagner la coupe Stanley pour une deuxième année consécutive, ce sera un exploit monumental.

Ils sont coriaces et c'est difficile de parier contre les champions en titre. Cependant, tout comme les Oilers d'Edmonton en 1984, les Predators se fichent du parcours ou des accomplissements antérieurs des champions.

Ce qu'ils veulent c'est la coupe! Mais les Penguins ne sont pas prêts à y renoncer. 

Il reste maximum trois matchs à la saison. Ça promet!