SPO-HKO-HKN-2016-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---GAME-SIX

Crédit : AFP

Pittsburgh - Nashville

Marc-Édouard Vlasic mise sur les Penguins

Publié | Mis à jour

Même si les Predators de Nashville sont parvenus à revenir d’un déficit de 0-2 pour créer l’égalité dans la série finale de la Coupe Stanley face aux Penguins de Pittsburgh, le défenseur Marc-Édouard Vlasic ne croit pas que la bande à P.K. Subban sera en mesure de réussir là où ses Sharks ont échoué l’an dernier.

À pareille date la saison passée, c’était Vlasic qui tentait de freiner Sidney Crosby et les Penguins en grande finale. Cette année, c’est plutôt depuis son domicile de Québec qu’il suit les derniers matchs de la saison 2016-2017.

«C’est une finale vraiment différente de l’an dernier, a-t-il tout d’abord analysé. Tous nos matchs avaient été serrés alors que cette année, même si c’est l’égalité 2-2, aucun match ne l’a réellement été.»

Jusqu’à présent, aucune des deux équipes finalistes n’est parvenue à remporter un match sur la patinoire de l’adversaire. De la façon dont se dessinent les choses jusqu’à présent, Vlasic a de la difficulté à croire que cette tendance va changer d’ici la fin.

«Je pense que les Penguins vont gagner parce que je ne suis pas assez convaincu qu’une équipe sera capable d’aller gagner à l’extérieur. Pour moi, Pittsburgh va gagner en sept à domicile», a-t-il prédit.

La foule de Nashville

Qu’on le veuille ou non, l’énergique foule de Nashville a fait partie de l’histoire des deux matchs de la finale y ayant été présentés jusqu’à présent. S’il admet que les partisans ont certainement atteint le sommet de leur partisannerie puisque les Predators ont atteint la grande finale, Vlasic assure que Nashville demeure toujours un endroit difficile à jouer.

«Les dix ou quinze premières minutes d’un match à Nashville, ils patinent et appliquent de l’échec-avant. En tant que défenseur, tu as l’impression qu’ils sont 12 quand tu vas chercher la rondelle dans le fond de ton territoire. Par contre, si tu es capable de passer cette tempête, les choses se replacent. Les matchs là-bas sont toujours divisés en deux parties : les 10 ou 15 premières minutes, puis le reste.»

Les centres ou les défenseurs

Autre raison pour laquelle Vlasic croit que les Penguins remporteront la Coupe Stanley encore cette année : leur ligne de centre dominante menée par Sidney Crosby et Evgeni Malkin.

L’an dernier, les Sharks ont eu toutes les misères du monde à contenir les trois trios des Penguins, ceux de Crosby puis de Malkin, mais également le troisième composé de Phil Kessel, Nick Bonino et Carl Hagelin.

D’ailleurs, même s’il occupe la position de défenseur, Vlasic estime que cette ligne de centre est plus importante pour les Penguins que l’est le top-4 de défenseurs pour les Preds.

«Si tu as un bon gardien et qu’il joue bien, as-tu vraiment besoin de quatre défenseurs de premier plan? Je ne sais pas. Pour moi, un gardien peut faire la différence. Évidemment, toutes les équipes voudraient quatre défenseurs de premier plan, mais d’avoir Crosby et Malkin, c’est dur à battre.»