Pittsburgh - Nashville

P.K. Nostradamus

Publié | Mis à jour

P.K. Subban avait la conviction que les Predators remporteraient le troisième match de la finale de la Coupe Stanley. Il a eu finalement raison. Les Predators ont repris vie en triomphant des Penguins de Pittsburgh 5 à 1, samedi, dans un Bridgestone Arena complètement survolté.

«J’ai dit que nous gagnerions le match, je le crois et c’est tout», avait prédit -Subban à la veille de cette première ¬rencontre dans la capitale du country.

Le défenseur a fait la bonne prédiction. Mais il n’a pas été le principal artisan de ce gain des Predators. C’est un autre défenseur, un autre membre du formidable top quatre, qui a fait la différence.

Roman Josi a pris l’attaque sur ses épaules avec une soirée d’un but et deux passes. Le Suisse a montré le chemin à suivre pour ses coéquipiers en marquant le but égalisateur au début de la deuxième période. Il a déjoué Matthew Murray d’un bon tir frappé pendant une pénalité à Justin Schultz.

Après ce but, les Predators ont vogué sur l’énergie de la foule. Ils n’ont plus jamais ralenti. Et ils ont enfin profité de leurs chances. Ils n’ont pas juste décoché une multitude de tirs en direction de Murray, ils ont aussi placé la rondelle dans le fond du filet.

Encore Gaudreau

Seulement 42 secondes après le but de Josi, Frédérick Gaudreau a touché la cible grâce à un tir précis des poignets. Gaudreau a écrit un autre chapitre de son incroyable aventure en séries.

«C’est le fun, nous avons gagné un match, mais pas encore la coupe Stanley, a sagement répondu Gaudreau. Il faut garder notre concentration sur la ¬prochaine rencontre.»

Avant cette finale de la Coupe Stanley, le Québécois n’avait joué que 11 matchs dans la LNH (9 en saison et 2 en séries). Il n’avait pas encore connu la joie d’un but dans cette grande ligue. En trois matchs en finale de la Coupe Stanley, il compte déjà deux buts.

À la toute fin de la deuxième période, James Neal a ajouté un troisième but pour les Predators. Il ne restait que 22 secondes au cadran quand il a profité d’une passe précise de Viktor Arvidsson pour inscrire son sixième but des séries.

Les Penguins n’ont jamais réussi à revenir dans cette rencontre. Craig Smith et Mattias Ekholm ont poursuivi la fête en troisième période en déjouant tour à tour Murray.

«On a joué de l’assez bon hockey dans les deux premiers matchs à Pittsburgh, mais on n’obtenait pas de bonds favorables, a dit Subban. Ils trouvaient une façon de gagner. Mais ce soir, même en arrière 1 à 0, on a respecté le plan de match et on a donné un effort de 60 minutes.»

Un 13e pour Guentzel

Jake Guentzel a marqué l’unique but des visiteurs. Le numéro 59 des Penguins a bondi sur un retour de Ian Cole dès les premières minutes de la rencontre. Avec ses 13 buts, Guentzel se retrouve à un seul filet du record de la LNH pour une recrue en séries.

Dino Ciccarelli détient cette marque depuis 1981. Il portait à cette époque les couleurs des North Stars du Minnesota.

Pour rebondir dans cette série, les Preds avaient besoin du réveil de Pekka Rinne. Très chancelant à ses deux premiers départs, Rinne a retrouvé son aplomb en bloquant 27 des 28 tirs de la bande à Sidney Crosby et Evgeni Malkin.

Nashville en folie

Déjà très festive avec la rue Broadway et ses multiples bars country, la ville de Nashville rayonnait encore plus pour cette première rencontre de la finale de la Coupe Stanley au Tennessee. Il y avait une mer de partisans à l’extérieur du

Bridgestone Arena. Alan Jackson, une vedette du country, a donné le ton à la soirée en offrant un concert gratuit sur la mythique rue Broadway.

À l’intérieur de l’édifice, c’était aussi la fête. Et les Predators n’ont pas déçu.

La quatrième rencontre de la série sera présenté demain au domicile des Predators.