Pittsburgh - Nashville

Quand le match no 2 change l'allure de la finale

Publié | Mis à jour

Depuis 2005, seulement deux formations ont comblé un retard de 0-1 en finale de la Coupe Stanley.

Les Bruins de Boston y sont parvenus en 2011, lorsqu’ils ont brandi la coupe sous la tutelle de Claude Julien, à Vancouver.

Puis les Penguins de Pittsburgh l’ont fait deux ans plus tôt, face aux Red Wings de Detroit, la première conquête de Sidney Crosby.

Avant 2005, ce fait d’armes a été accompli par cinq équipes en 11 ans : le Lightning de Tampa Bay (2004), les Red Wings de Detroit (2002), les Stars de Dallas (1999), les Rangers de New York (1994), puis les Canadiens de Montréal au printemps 1993, dernier sacre du Tricolore.

Depuis que la finale de la Coupe Stanley a adopté le modèle de série quatre de sept, en 1939, l'équipe qui a gagné le premier match a remporté les grands honneurs 77,9% du temps (60 sur 77).

 

Les cinq derniers champions ont d'ailleurs remporté ce fameux premier match.

Dans la présente finale, les Predators de Nashville tirent de l'arrière dans une série pour la première fois depuis le début des éliminatoires.