Pittsburgh - Nashville

Les Penguins doublent leur avance en finale

Agence QMI / Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Il a fallu un peu plus de trois minutes au début de la troisième période pour que le monde de Pekka Rinne et des Predators de Nashville s’écroule.

Des buts de Jake Guentzel – avec son deuxième du match –, de Scott Wilson et d’Evgeni Malkin ont transformé une égalité de 1-1 en une victoire en apparence à sens unique des Penguins de Pittsburgh.

Vainqueurs 4-1, mercredi soir au PPG Paints Arena, Sidney Crosby et ses coéquipiers mènent désormais cette série finale de la Coupe Stanley deux gains à zéro.

À l’image du premier affrontement, les visiteurs ont bombardé le filet de Matthew Murray. Fidèle à son habitude, ce dernier s’est montré solide, stoppant 37 tirs Il a réservé quelques bijoux à Roman Josi, avec la mitaine, et à Filip Forsberg, alors qu’il était étendu de tout son long.

Il a fallu une spectaculaire pièce de jeu de Pontus Aberg pour ouvrir la marque. Le Suédois a déculotté Olli Maatta en lui servant une brillante feinte, avant de faire de même avec Murray.

Faible devant gGentzel

Atroce lors du premier match, Pekka Rinne avait promis de se reprendre. Le gardien finlandais a tenu parole... pendant 16 minutes.

Pendant qu’à 200 pieds de lui, Murray repoussait les attaques répétées des Predators, Rinne se faisait battre par un tir anodin de Jake Guentzel.

La frappe du revers du jeune attaquant a trompé la vigilance de Rinne en se faufilant entre sa mitaine et sa jambière. À ce moment précis, l’homme masqué des Predators a dû avoir une pensée pour Kay Whitmore, l’instigateur de la réglementation visant à rétrécir l’équipement des gardiens.

Rinne aux douches

Dominante une fois de plus, la troupe de Peter Laviolette avait bon espoir de niveler la série au moment de sauter sur la patinoire pour la tenue du troisième vingt.

Puis, tout s’est écroulé dans les premières secondes du troisième engagement. Il n’y avait que 10 secondes d’écoulées à la période lorsque Guentzel a fait scintiller la lumière rouge pour la deuxième fois de la soirée.

Rinne s’est montré généreux en offrant un juteux retour dans l’enclave à la suite d’un lancer de Bryan Rust.

En faisant bouger les cordages pour les 11e et 12e fois des présentes séries éliminatoires, Guentzel s’est approché à deux du record de buts inscrits par une recrue. Une marque écrite par Dino Ciccarelli, au printemps de 1981, dans l’uniforme des North Stars du Minnesota.

Visiblement détruit mentalement après le but de Wilson, Rinne s’est fait montrer le chemin des douches après avoir cédé pour la quatrième fois du match. Juuse Saros s’est alors amené en relève.

Dans le trouble

La série se transporte maintenant à Nashville où les représentants de la capitale du country voudront renverser la vapeur.

Assurément, les joueurs des Predators tenteront de se convaincre qu’une équipe n’est pas dans le pétrin tant qu’elle n’a pas perdu sur sa propre patinoire. D’ailleurs, ils affichent un dossier de 7-1 sur leur patinoire depuis le début du tournoi. Mais, soyons honnêtes, ils sont sérieusement dans le trouble.

Malgré deux solides performances, ils n’ont pu acheter une seule victoire. En plus, l’attaque massive des Penguins est pratiquement au neutre. S’il fallait qu’elle se mette en marche...