Pittsburgh - Nashville

Jacques Martin : «Ç’a été très difficile pour Marc-André»

Louis-André Larivière / TVA Sports

Publié | Mis à jour

Marc-André Fleury n’est plus le gardien partant des Penguins de Pittsburgh, mais l’équipe lui doit une fière chandelle.

Écoutez l'entrevue avec Jacques Martin dans la vidéo, ci-dessus.

Après avoir permis aux siens d’atteindre la finale de l’Association de l’Est, l’entraîneur-chef Mike Sullivan a pris la décision de lancer Matt Murray dans la mêlée au quatrième match de la série.

«Je comprends ce qu’il ressent», a confié Jacques Martin, l’instructeur adjoint des Penguins, lors d’un entretien avec TVA Sports, samedi.

Relégué à un rôle de spectateur, Fleury a vu les «Pens» passer en finale de la Coupe Stanley une deuxième année d’affilée du bout du banc. 

«C’était définitivement une décision difficile à prendre. On n’a qu’à regarder ses performances lors des deux premières séries. Il a été notre joueur le plus important. Dans la série contre Washington, il a été un gros facteur.

«Au septième match, il a obtenu un jeu blanc. Il a fait beaucoup pour notre équipe.»

Comme Fleury l’avait confié au journaliste Renaud Lavoie, Sullivan a expliqué sa décision par le fait que le Québécois de 32 ans démontrait des signes de fatigue alors que Murray, le numéro un à pareille date l’an dernier, était prêt à reprendre les rênes.

«Mike croyait que Marc-André avait besoin de repos. Il avait obtenu 14 départs consécutifs. Matt a obtenu le départ (au quatrième match) et il a très bien fait.»

Martin a discuté avec Fleury

Martin est lui-même un ancien gardien. Il tient un camp pendant la saison estivale. Il compatit et dit comprendre la situation frustrante que vit le vétéran, qui pourrait fort bien endosser un nouvel uniforme l’an prochain.

«C’est sûr que j’ai eu des discussions avec lui, surtout avec l’entraîneur des gardiens (Mike Bales), qui est très près de Marc-André.

«Ç’a été très difficile pour lui. Comme je l’ai dit, il a été exceptionnel lors des deux premières séries. N’eût été ses performances, on n’aurait peut-être pas passé à travers Washington.» 

Fleury s’est vu confier le filet lorsque Murray s’est blessé au bas du corps pendant la séance d’échauffement du premier match de la série face aux Blue Jackets de Columbus.

S’il aggrave sa blessure en finale face aux Predators de Nashville, l’ancien portier des Screaming Eagles du Cap-Breton aura encore l’occasion de prouver sa valeur aux Penguins.

«Il doit rester prêt. On ne sait jamais ce qui peut arriver.»