Club de foot Montréal

Une tendance inquiétante pour l'Impact

Publié | Mis à jour

On le sait depuis un moment déjà, l’Impact de Montréal est une bête à deux têtes. On l’a encore une fois vu contre les Whitecaps de Vancouver, mardi soir.

Inertes et inefficaces avec le ballon en première demie, les hommes de Mauro Biello se sont creusé un trou en permettant aux locaux de prendre les devants 2-0 avant de se mettre à jouer dans les 45 dernières minutes et ainsi limiter les dommages avec une défaite de 2-1, qui aurait pu se transformer en verdict nul ou en victoire avec un peu de chance.

«C’est malheureusement une tendance, nous devons recevoir des coups dans les dents avant de commencer à être impliqués dans le match et nous devons régler ça», a déploré un Daniel Lovitz très réaliste en sortant du vestiaire.

«C’est apparemment la nature de ce groupe présentement. Nous sommes chanceux parce que nous avons le temps de corriger la situation, mais c’est notre principal souci en ce moment alors que nous devrions penser à gagner des matchs.»

Période difficile

C’est principalement en milieu de terrain que ça ne tournait pas rond en première demie.

«J’ai mis des gars au milieu du terrain pour défendre mieux, mais on n’a pas récupéré les ballons. Nous avons mal défendu en première demie, nous avons été très nonchalants», a noté Biello.

Parmi les milieux, Hernan Bernardello a connu une soirée difficile, même si la seconde demie a été un brin meilleure.

«Hernan passe une période très difficile. Il faut qu’il continue de travailler à l’entraînement pour essayer de s’en sortir et retrouver sa confiance», a expliqué Biello.

Dans le contexte, on se demande donc pourquoi il a choisi de le laisser sur le terrain, préférant retirer Adrian Arregui, qui était d’ailleurs furieux en arrivant au banc.

Lovitz est revenu sur la deuxième demie, qui a été nettement supérieure à la première pour les Montréalais.

Même qu’avec un peu de chance, l’Impact aurait pu voler le match.

«Nous avons frappé le poteau et avons eu quelques bonnes chances. Nous aurions peut-être même pu gagner le match en étant un peu plus opportunistes.»

«Nous devons nous assurer que ce soit une norme pour nous plutôt que d’attendre à la deuxième demie pour commencer à jouer.»

L’entrée en scène de Patrice Bernier et d’Anthony Jackson-Hamel n’a pas été étrangère à ce revirement de situation.

Ils ont donné beaucoup plus de liberté à David Choinière et Ballou Tabla, qui ont été beaucoup plus actifs en deuxième demie. Ayant perdu la bataille face à Alphonso Davies en première demie, Ballou l’a éclipsé en seconde période.

Gagner à Montréal

Avec un pointage de 2-1, l’Impact est dans une position plus qu’acceptable pour le match retour, qui sera disputé au Stade Saputo, mardi prochain.

«La deuxième demie était très importante dans le contexte d’une série aller-retour», a reconnu Chris Duvall.

Celui-ci croit que le Bleu-Blanc-Noir devra être parfait pour espérer atteindre la finale du Championnat canadien.

«Ce n’est pas une position idéale, mais le but marqué à l’étranger nous donne un coup de main. On sait qu’avec un jeu blanc à domicile, on gagne.»

Bel avenir

Comptant sur six joueurs québécois sur le terrain en fin de match, l’Impact a reçu une belle contribution des jeunes Maxime Crépeau, Tabla, Choinière et Jackson-Hamel.

De l’avis de Mauro Biello, ils représentent l’avenir du club.

«Les jeunes ont été fantastiques, je n’ai que de bonnes choses à dire de ces jeunes-là. Ballou a été exceptionnel, Choinière compte un grand but, Jackson entre et fait la déviation [sur le but] et il a deux ou trois occasions.»

«Les jeunes ont démontré beaucoup et le futur de cette équipe est dans une bonne place maintenant.»