Coupe Memorial

Coupe Memorial: Michael DiPietro gagne des points

Publié | Mis à jour

Michael DiPietro veut saisir une chance qui ne passe pas deux fois dans une vie. Le natif de la région de Windsor est en mission. Il désire soulever la Coupe Memorial dans son patelin et gagner de précieux points en vue de l’encan de la Ligue nationale de hockey (LNH) se tenant dans exactement un mois.

Le gardien des Spitfires a démarré le tournoi en force. Il poursuit en quelque sorte ce qu’il a accompli depuis le camp d’entraînement. À cette importante année de repêchage, il s’est montré solide en terminant au second rang des gardiens de la Ligue junior de l’Ontario (OHL) dans la colonne de la moyenne des buts alloués par match.

Sa moyenne de 2,35 vient tout juste derrière celle de l’espoir du Canadien de Montréal Michael McNiven (2,3). Et il n’y a que le gardien Tyler Parsons, des Knights de London, qui a présenté un meilleur taux d’efficacité parmi les portiers qui ont joué plus de 2000 minutes. Le brillant espoir de 19 ans des Flames de Calgary a affiché un taux d'efficacité de ,925 alors que DiPietro, 17 ans, suit à ,917.

C’est d’ailleurs Parsons qui a eu le dernier mot dans leur confrontation de premier tour. Le gardien des Spitfires n’a toutefois pas à rougir de ses performances malgré la défaite. «Les Knights représentaient un gros test pour Mickey. Il a répondu à toutes nos interrogations dans une difficile série de sept matchs contre des adversaires très dynamiques, a soutenu son entraîneur-chef, Rocky Thompson. Il a excellé contre un grand gardien qui a gagné des championnats. Il n’a pas été intimidé. Il est resté de glace en faisant preuve de confiance. Il a vraiment été incroyable.»

Un compétiteur

Si Thompson lui lance des fleurs, c’est effectivement parce qu’il l’a vu hausser son niveau d’un cran en permettant à l’équipe de gagner dans les moments cruciaux. DiPietro a limité la troisième puissance offensive du circuit ontarien à 2,48 buts par match. Il est un véritable compétiteur et montre une grande force de caractère malgré son jeune âge, émettent son entraîneur et ses coéquipiers.

En ronde préliminaire du tournoi national, il relève le défi en étant de loin le meilleur gardien des quatre formations. Vrai qu’il évolue derrière une défense étanche menée par Logan Stanley et Mikhail Sergachev, mais une part du mérite lui revient.

«Il continue à livrer des performances inspirantes, a souligné Thompson. Il n’est pas toujours le plus occupé, mais il fait l’arrêt nécessaire quand il le faut. Quand une équipe a du succès, c’est parce que son gardien lui permet de se placer dans cette situation. Mickey nous donne confiance depuis le début du tournoi.»

Similitudes avec 2009

À sa deuxième campagne à Windsor, DiPietro a livré la marchandise à ses 51 présences devant le filet. Avec 29 matchs d’expérience derrière la cravate dans l’OHL avant d’entamer une saison remplie d’espoir en raison du grand tournoi canadien, il a eu à se dresser devant les puissances de la ligue, dont celle de la conférence de l’Ouest: les Otters d’Érié, les Greyhounds de Sault-Sainte-Marie, l’Attack d’Owen Sound et les Knights de London.

Il a entre autres passé six coups de pinceau, dont trois de suite, et il est devenu le meilleur homme masqué de l’histoire des Spitfires en surpassant, de justesse, la moyenne de 2,35 buts alloués par match d’Andrew Engelage établie en 2008-2009.

Cette année-là, Engelage avait remporté la Coupe Memorial à Rimouski. DiPietro présente de meilleures statistiques. Est-ce la destinée?

Carburer à la pression

Sachant que les attentes sont élevées dans le sud de l’Ontario, le portier d’Amherstburg, situé tout juste au sud de Windsor, a carburé à la pression durant toute la saison. «Il n’y a personne qui peut m’en imposer plus que moi. C’est une qualité et un défaut, a relaté le jeune homme, avec le sourire. En début de saison, je m’étais fixé des objectifs. Je voulais améliorer ma constance, mes habiletés, mon efficacité et gagner la coupe. J’ai réussi une partie de ces objectifs.

«Je peux tracer certaines similitudes entre mes performances en saison, en séries et depuis le début du tournoi. Je me suis toujours amélioré et je veux continuer à le faire. Il faut que je reste en confiance devant le filet.

«Nous avons fait tellement de travail pour nous rendre jusqu’ici, a enchaîné le portier de 6 pi et 193 lb qui travaille avec l’ancien entraîneur des gardiens des Red Wings de Detroit, Jim Bedard. C’est ce à quoi nous nous attendions toute l’année. J’ai apprécié la performance de l’équipe en ronde préliminaire. Nous avons respecté notre plan et joué en équipe.»

Même s’il voit l’encan de la LNH arriver à grands pas, celui qui est répertorié au quatrième rang des meilleurs gardiens nord-américains ne déroge pas de sa mission première, celle de devenir un champion national. Son gabarit refroidit quelque peu les décideurs de la LNH, mais s’il est fumant et qu’il accomplit sa mission en soulevant le trophée, il pourrait grimper et trouver preneur avant la troisième ronde.