Boxe

Adonis Stevenson, l’ennemi numéro 1

Publié | Mis à jour

Si l’on s’en tient aux propos de Jean Pascal, l’ennemi numéro un, celui que tout boxeur doit abattre, c’est Adonis Stevenson.

Le boxeur québécois a fait cette déclaration sur les ondes de TVA Sports lors de l’émission Dave Morissette en direct, mardi soir, lors d’une entrevue «face-à-face» avec le pugiliste d’origine colombienne Eleider Alvarez (22-0-0, 11 K.-O.), qu’il affrontera le 3 juin prochain au Centre Bell.

Le duel entre les deux combattants aura lieu en demi-finale du combat-revanche entre Stevenson (28-1-0, 23 K.-O.) et le Polonais Andrzej Fonfara (29-4-0, 17 K.-O.).

 «L’ennemi de la boxe en général, oui, effectivement c’est notre champion national (Adonis Stevenson) compte tenu que depuis qu’il est champion, la boxe au Québec a régressé au lieu de progresser», a souligné Pascal (31-4-1, 18 K.-O.) lors de l’entretien.

Théoriquement, le gagnant de l’affrontement entre Pascal et Alvarez devrait se mesure à Stevenson pour le titre des mi-lourds du WBC. Toutefois, c’est également la promesse qu’Alvarez avait reçue lorsqu’il s’était mesuré à Lucian Bute, il y a quelques mois. Malgré son éclatante victoire par K.-O., Alvarez, qui est l’aspirant obligatoire à la couronne de Stevenson, n’a toujours pas le rendez-vous tant espéré.

«Ça fait trois ans que j’attends ça, a admis Alvarez. (Toutefois), il déclare qu’il ne veut pas m’affronter, car je ne suis pas vendeur pour la télévision. J’ai un gros défi maintenant et je me concentre sur Jean.»

Pascal et Alvarez semblent se respecter au plus haut point. En effet, les deux hommes ont déjà mis les gants ensemble à plusieurs occasions en tant que partenaires d’entraînement. Cependant, un entraînement et un vrai combat, ce sont deux choses complètement différentes.

«Eleider est un chic type, a souligné Pascal. C’est quelqu’un que j’adore énormément, mais à la fin de la journée, nous devons mettre de la nourriture sur la table de nos familles alors c’est pour ça que nous nous battons ensemble.

«[...] Quand j’ai vu que Stevenson allait affronter Fonfara, j’ai même demandé que ce soit moi qui affronte Fonfara au lieu de me battre contre Alvarez parce que je crois qu’Eleider a tous les droits d’affronter automatiquement Adonis Stevenson. De mon côté, je n’avais aucun problème à affronter Fonfara. Mais ce sont des décisions qui se sont prises au-dessus de moi.»

Face à Pascal, Alvarez mettra ainsi en jeu, encore une fois, son titre d’aspirant obligatoire au titre des mi-lourds du WBC, ainsi que sa fiche toujours vierge de défaite.