DM seadogs vs remparts-01

Crédit : Daniel Mallard/Agence QMI

Coupe Memorial

Un renard rusé parmi les loups

Publié | Mis à jour

À la traditionnelle conférence de presse des entraîneurs participant à la Coupe Memorial, mercredi soir, une tête détonait parmi les quatre hommes de hockey présents à la table dans le sous-sol du WFCU Center.

À 59 ans, Danny Flynn, l’instructeur des Sea Dogs de Saint John, campait nettement le rôle du vétéran aux côtés de Rocky Thompson, des Spitfires de Windsor, Kris Knoblauch, des Otters d’Érié, et Steve Konowalchuk, des Thunderbirds de Seattle.

Ce rusé renard argenté, fin technicien de la défensive, a plus d’un tour dans son sac. Sagement en retrait à la table, il a écouté ses homologues, tous beaucoup plus jeunes que lui, en répondant en quelques phrases aux questions dirigées à son endroit. Il ne s’est évasé sur aucun sujet.

Flynn connaît la musique. Il en est à une sixième apparition au tournoi de la Coupe Memorial. Il y a participé trois printemps de suite au début des années 90 alors qu’il était l’instructeur adjoint et directeur général adjoint des Greyhounds de Sault-Sainte-Marie. Il a revécu l’expérience deux autres fois, en 2006 et 2010, en tant qu’entraîneur-chef des Wildcats de Moncton.

«Je peux dire que ma femme y a participé plus souvent que moi en travaillant chez les Generals d’Oshawa», a-t-il toutefois lâché à la blague, lorsque questionné sur sa feuille de route à quelques minutes de la conférence de presse.

Des souvenirs de 1993

En 1993, il avait soulevé le précieux trophée emblématique de la Ligue canadienne devant les partisans des Greyhounds, à Sault-Sainte-Marie. À l’époque, il s’affairait derrière un banc comptant plus d’une quinzaine de joueurs appartenant à la Ligue nationale, dont le gardien Dan Cloutier et l’attaquant Steve Sullivan.

«Certains d’entre eux n’ont pas connu de grande carrière, mais ils ont au moins joué des matchs dans la LNH, s’est-il remémoré, souriant. On avait toute une équipe pour ce tournoi. Nous avions pris de l’expérience et grandi aux deux premiers tournois. La chimie était incroyable.»

Cette fois, Flynn a sous la main 11 patineurs appartenant au circuit Bettman. Comme les Greyhounds de 1993, son équipe a grandi ensemble dans la reconstruction récente des Sea Dogs après les conquêtes de la Coupe du Président de 2011 et 2012. Il faut se rappeler que l’organisation des Maritimes a remporté les grands honneurs au Canada il y a six ans.

Ce n’est pas un secret, le trophée doit revenir dans la ville portuaire du Nouveau-Brunswick. «Nous avons traversé la reconstruction et là on est arrivés à maturité. Nous sommes satisfaits du championnat dans la LHJMQ, mais nous ne pouvons pas nous arrêter là. Le but ultime, c’est la coupe Memorial», a souligné. Flynn.

Ses Loups de mer ont gagné en maturité dans la dernière année, résultat de l’élimination dans le carré d’as en 2016. Cette troisième participation au grand tournoi printanier découle en petite partie de cet échec.

Flynn est donc débarqué dans le sud de l’Ontario rempli d’espoir. Il compte sur le meilleur défenseur junior au monde, Thomas Chabot, la meilleure brigade défensive en séries éliminatoires au Canada et une attaque diversifiée. Il peut donc se frotter un peu les mains en regardant ses jeunes confrères.