Alexander Ovechkin après l'élimination des Capitals.

Photo : Alexander Ovechkin après l'élimination des Capitals. Crédit : AFP

Séries LNH 2017

Implosion à Washington, intervention à Anaheim

Implosion à Washington, intervention à Anaheim

Michel Godbout

Publié 11 mai 2017
Mis à jour 11 mai 2017

Dans mon dernier blogue, j'évoquais le scénario que les Capitals de Washington subissent encore l'élimination face à leurs ennemis jurés de Pittsburgh. C'est fait!

Alors, comment expliquer ce qui est encore arrivé aux «Caps»? Une équipe qui a dominé le classement général durant presque toute la saison. Une équipe qui a plus de talent au pouce carré qu'un chat de ruelle peut avoir des puces!

Comment cette équipe a-t-elle encore subi l'élimination ou l'implosion, c'est selon? Peut-être ce qui fait défaut justement, c'est le concept d'équipe.

Et si tel est le cas, par où le propriétaire Ted Leonsis voudra commencer? Par la direction? L'entraîneur? Les joueurs?

Mettez-vous à sa place, son équipe a remporté le trophée des Présidents pour une deuxième saison consécutive et avec une avance appréciable. Mais les résultats ne suivent pas en séries.

Même avec une blessure à Ovechkin, l'équipe n'a su se rassembler suffisamment pour éliminer Pittsburgh.  Holtby a connu des ratés, Shattenkirk aussi, sans mentionner la quasi absence de Backstrom et Oshie.

Tout pointe vers un malaise du groupe lorsque l'enjeu est à son zénith.

Doit-on repartir à neuf?

Shattenkirk et Oshie pourraient partir, étant joueurs autonomes sans compensation, tout comme Alzner, Winnik et Williams. 

Burakovsky, Kuznetsov, Connolly, Orlov, Schmidt et Grubauer ont tous de nouveaux contrats à parapher.

Mais ces joueurs ne représentent pas le noyau, celui formé d'Ovechkin, Backstrom, Johansson, Holtby et Carlsson, et c'est possiblement ce même noyau qui fait défaut.

Chose certaine, je serais très surpris de ne pas voir de changements importants à Washington, une organisation qui n'a pas peur de brasser sa propre soupe!

Voilà Anaheim

Contre toute attente statistique (les Ducks n'avaient jamais remporté un match 7 à domicile), Anaheim disputera la finale de l'Association de l'Ouest.

Je ne sais pas combien de cierges ont été allumés dans les églises d'Anaheim lorsque les Ducks tiraient de l'arrière 2-0 contre Edmonton, mais il faut croire qu'il y a eu intervention divine dans cette série, car l'arbitrage a eu un gros mot à dire dans le retour des Ducks. 

Mais c'est du passé, tout comme le fameux «but» de Brett Hull avec son patin dans la zone du gardien qui a donné à Dallas sa seule Coupe Stanley. 

Bref, les Ducks se frotteront maintenant aux Predators. Espérons seulement que ce sera les deux équipes qui trancheront l'issue des matchs et non des règlements qui ne semblent pas tenir compte des reprises vidéo. Voilà, c'est dit!

J'aurai le plaisir de travailler sur cette finale avec Éric Fichaud, Mike Bossy, Denis Casavant et Alain Chainey (ancien recruteur en chef des Ducks).

J'anticipe une série enlevante, saupoudrée d'une bonne dose de P.K.! Difficile de demander mieux!