New York - Ottawa

Pour les victimes des inondations

Publié | Mis à jour

Il y avait des sourires dans le vestiaire des visiteurs au Madison Square Garden, mais ce n’était pas l’euphorie. Les Sénateurs d’Ottawa gardaient les deux pieds sur terre après leur victoire en six matchs contre les Rangers de New York.

«Je sais que nous aurons besoin d’en faire encore plus pour gagner la prochaine étape, a mentionné le capitaine Erik Karlsson. Nous pouvons célébrer ce triomphe pendant quelques heures, mais nous retournerons au travail très bientôt. Nous n’avons pas terminé notre mission. Nous voulons nous rendre beaucoup plus loin. Pour y arriver, nous devrons être encore meilleurs.»

À quelques mètres du casier de Karlsson, Jean-Gabriel Pageau a eu une belle pensée pour ses concitoyens de l’Outaouais.

«Avant de partir pour New York, nous disions que nous voulions gagner ceux qui se battent contre les inondations, a affirmé Pageau. C’est tellement triste de voir ça. Je suis vraiment touché par ces événements. Je suis toutefois fier de constater qu’il y a une grande solidarité entre les citoyens.

«J’en parlais avec plusieurs coéquipiers et je sais que si nous ne jouions pas au hockey en ce moment, nous serions là pour aider les gens. Nous dédions cette victoire à tous les gens touchés par les inondations.»

Battre son ancienne équipe

Pour Derick Brassard, cette victoire avait une double signification. En plus de la joie d’atteindre la finale de l’Est, le ¬centre de 29 ans a éliminé son ancienne équipe.

«Je me sens bien, c’est une très belle réalisation pour notre équipe, a mentionné Brassard. Nous croyons en notre groupe et en notre système de jeu. C’est un soulagement de l’emporter contre les Rangers. Mais en même temps, j’ai beaucoup de respect pour cette formation. J’ai encore de grands amis au sein des Rangers. C’était une expérience assez difficile pour moi de jouer contre eux.

«Maintenant que la série est terminée, je peux tourner la page et me concentrer sur la prochaine série.»

À l’image de ses coéquipiers, Brassard a regardé en direction de Karlsson comme grand héros de cette série.

«Il est extraordinaire, a-t-il lancé. Il a terminé le match avec un but, une passe et une fiche de +4, mais il a aussi passé près de la moitié de la soirée sur la patinoire. Il réussit les gros jeux défensifs, il bloque des tirs, il fait tout sur la glace.»

Longues minutes

Auteur de 37 arrêts, Craig Anderson a regardé à plusieurs reprises le cadran en troisième période.

«Je savais que les Rangers étaient pour sortir avec force en troisième période et ils ont réussi à marquer dès le départ. Même si les dernières minutes étaient longues, j’ai gardé mon calme. J’ai aussi profité des nombreux sacrifices de mes coéquipiers. C’était une belle victoire d’équipe.»