Pittsburgh - Washington

Les Penguins achèvent encore une fois les Capitals

Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Marc-André Fleury jouait gros. Pour lui, c’était encore plus qu’un septième match contre l’ennemi des dernières années, les Capitals de Washington. Avec une victoire, il prolongeait sa belle aventure en séries. Mais avec un revers, il clôturait probablement un immense chapitre de sa carrière avec les Penguins.

Fleury a choisi de ne pas ranger son masque et ses jambières aux couleurs des Penguins. Il a été la grande étoile de ce gain de 2 à 0 contre les Capitals, mercredi, au Verizon Center.

À voir:

Sommaire

Dès les premières secondes du match, Fleury a montré ses intentions en repoussant les nombreuses frappes des Caps. Malgré l’enjeu, il n’a jamais montré des signes de nervosité.

«Je veux juste avoir du plaisir, avait dit Fleury au Journal après l’entraînement matinal. Je suis à Washington, je joue avec l’équipe que j’aime et je souhaite gagner.»

Fleury a réussi sa mission. Et il a eu énormément de plaisir. En deuxième période, il a étiré son bâton après un déplacement vers sa droite pour bloquer un puissant tir d’Alex Ovechkin. Quelques secondes après son arrêt acrobatique, il a frotté le manche de son bâton, comme s’il lui disait merci. Derrière son masque, il affichait aussi un large sourire quand le capitaine des Capitals lui a lancé un regard.

Le gardien originaire de Sorel a signé son premier jeu blanc des séries en repoussant 28 tirs.

Prochaine étape: les Sénateurs

Pour une deuxième année d’affilée, les Penguins ont indiqué la porte de sortie aux Caps au deuxième tour. Pour la bande à Barry Trotz, c’est encore une élimination hâtive après une autre conquête du trophée des Présidents, remis à l’équipe qui termine au sommet du classement général.

«C’est toujours un bon sentiment quand tu l’emportes, a affirmé Sidney Crosby. Nous avons travaillé fort pour y arriver, les Capitals forment une très bonne équipe. C’est une grosse victoire de caractère pour notre équipe.»

Menés 3 à 1 après quatre rencontres, les Capitals auront rendu les Penguins nerveux en remportant deux matchs d’affilée. Mais ils n’ont pu terminer le travail devant leurs bruyants partisans au Verizon Center.

«Plus l’enjeu est grand, plus mes joueurs sont à leur sommet, a souligné l’entraîneur en chef Mike Sullivan. Je suis tellement fier d’eux.»

En finale de l’Est, les Penguins affronteront les Sénateurs d’Ottawa.

Encore Rust

Justin Williams a hérité du surnom de Monsieur match numéro sept depuis déjà quelques années. Mais il y a maintenant un autre prétendant pour ce titre. Et il porte un chandail des Penguins de Pittsburgh. À sa deuxième expérience dans une rencontre ultime, Bryan Rust a encore une fois eu un impact.

Rust a décoincé le pointage en deuxième période en marquant son cinquième but des séries, mais son premier face aux Capitals. Le numéro 17 a complété deux relais précis de Jake Guentzel et de Sidney Crosby pour déjouer Braden Holtby.

En finale de l’Est l’an dernier, Rust avait marqué les deux buts des siens dans un gain de 2 à 1 lors du septième match contre le Lightning de Tampa Bay.

Rust aura besoin d’encore beaucoup de temps avant de rejoindre les sept buts et 14 points de Williams en situation de match numéro sept. Avant la visite des Penguins dans la capitale américaine, Williams n’avait jamais perdu un septième match. Il avait un dossier immaculé de sept victoires et aucune défaite. Williams n’est maintenant plus invincible.

Patric Hornqvist a réussi l’autre but des visiteurs en troisième période. Le Suédois a surpris Holtby d’un tir du revers.

Le 87 bat encore le 8

Auteur d’une passe sur le premier but des siens, Crosby a encore remporté son duel contre Ovechkin. Contrairement au dernier match à Pittsburgh, le capitaine des Penguins était plus menaçant. Dans le cas d’Ovechkin, il n’a pas réussi à se démarquer. Trotz l’a encore une fois utilisé à l’aile gauche aux côtés de Lars Eller et de Tom Wilson.