New York Rangers v Ottawa Senators - Game Five

Crédit : AFP

New York - Ottawa

Un plan contre Henrik Lundqvist

Agence QMI / Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Onze buts en six matchs. C’est la statistique du Canadien de Montréal contre Henrik Lundqvist et les Rangers de New York au premier tour des séries. Après cinq rencontres, les Sénateurs d’Ottawa ont déjà marqué 15 buts aux dépens du «King Henrik».

Aux dires d’Alexandre Burrows, les Sénateurs ont une stratégie efficace.

«Contre chaque gardien qu’on affronte, nous voulons appliquer beaucoup de pression, a dit Burrows. C’est la même recette contre Carey Price, Tuukka Rask ou Henrik Lundqvist. La meilleure façon de marquer des buts restera toujours d’avoir beaucoup de circulation devant le filet et de décocher plusieurs tirs.

«Tu marques souvent avec des déviations, il ne s’agit pas des plus beaux buts. On peut oublier les tic-tac-toes. Tu dois travailler tes buts pour déjouer un gardien du calibre d’un Lundqvist, l’un des meilleurs de la LNH.»

Avant l’ouverture de cette série, les Sénateurs ont fait leurs devoirs afin de trouver des failles contre le gardien suédois.

«Nous avons regardé plusieurs vidéos, mais pas juste des matchs du Canadien, a précisé Burrows. Nous avons un plan pour savoir comment le battre. Nous savons que c’est un bon gardien. S’il voit la rondelle, il va l’arrêter.»

Réponse sage

Derick Brassard a refusé de tomber dans un piège avec son ancien coéquipier. À la question de savoir si Lundqvist pouvait être ébranlé, le joueur de centre des Sénateurs a joué la carte de la diplomatie.

«Non, je pense qu’il a été bon au dernier match, a répliqué Brassard. Il a été extraordinaire pour leur équipe. Il a été très bon, on s’attend à ce qu’il soit à son mieux comme il l’a été dans le dernier match. Il a donné une chance à son équipe de l’emporter.

«Henrik peut toujours voler un match à lui seul, a-t-il poursuivi. On va essayer que ça n’arrive pas. On va tenter d’aller devant lui et de lui rendre la tâche plus difficile. Dans le dernier match, on a lancé beaucoup plus, on lançait de partout.»