Nashville - St. Louis

«On aime faire jouer Subban et Ekholm contre les joueurs costauds» - Peter Laviolette

Publié | Mis à jour

Qui l’eut cru, les Predators ont pris la mesure de deux puissances de l’Association de l’Ouest en terminant seulement au 8e rang de la conférence en saison régulière.

Le pilote de Nashville, Peter Laviolette, n’a pas passé sous silence cet accomplissement lors de son point de presse suivant la victoire de 3-1 des siens, qui sonnait le glas des Blues de St-Louis en six rencontres. 

«On a éliminé une excellente équipe au premier tour puis, au deuxième, on faisait face à l’une des meilleures équipes depuis leur changement d’entraîneur en février. On veut juste continuer à jouer au hockey.»

L'entraîneur-chef n’a pas pour autant apprécié le début de match de ses troupes, mais il en retire un point positif : l’excellence de son gardien depuis le début des séries.

«Le crédit revient à Pekka Rinne puisque les Blues ont obtenu des tirs et du temps en zone offensive contre nous en début de match et c’est grâce à lui que nous n’avons pas tiré de l’arrière 2-0 dès les premiers instants,» a-t-il analysé.

Laviolette a vanté au passage le jeu coriace des Blues de St-Louis durant le sixième match, car les deux équipes n’ont obtenu que 10 chances de marquer chacune selon son estimation, ce qui est «extrêmement bas».

Le duo formé par P.K. Subban et Mattias Ekholm a permis aux Predators de s’imposer dans ce duel défensif très relevé.

«Cette paire a eu d’excellentes statistiques toute l’année... On aime la faire jouer contre les gros joueurs de l’équipe adverse. Pas forcément les meilleurs marqueurs, mais les attaquants plus robustes qui peuvent également générer de l’offensive,» a offert l’entraîneur-chef.

Le fameux sixième joueur à Nashville a également apporté une contribution non négligeable.

«Nos partisans doivent être félicités pour l’atmosphère dans notre amphithéâtre... Ça ne doit pas être obligatoirement comme ça tous les soirs, mais ce l’est, grâce à eux.»