Crédit : AFP

LNH

Et si les Caps perdaient?

Et si les Caps perdaient?

Michel Godbout

Publié 04 mai 2017
Mis à jour 04 mai 2017

Imaginez pour un instant si les Penguins leur refaisaient le coup.

À lire aussi : Pittsburgh n'a pas le choix!

Cette année était supposée être la bonne pour Washington.

Bon nombre d'experts l'avaient prévu (moi j'avais donné le bénéfice du doute à Pittsburgh dans mon blogue du 12 décembre 2016!!).

Avec les ajouts de T.J. Oshie et Justin Williams l'an dernier et de Kevin Shattenkirk cette saison, on croyait à Washington  avoir tous les ingrédients en place pour non seulement venir à bout des Penguins, mais de remporter une première Coupe Stanley dans les 43 années de l'organisation.

Disons qu'en perdant le match de mercredi et désormais en déficit 3-1 dans la série, Washington est plutôt en voie de connaître une autre sortie hâtive des séries.

Si c'est le sort qui est réservé aux Caps, il s'agirait de la neuvième fois en dix occasions que les Penguins les envoient en vacances.

Pire encore, imaginez s'ils baissent pavillon devant des Penguins privés d'étoiles telles Kristopher Letang et bien entendu Sidney Crosby.

Que fera alors le propriétaire des Caps Ted Leonsis?

Il constate qu'il a investi une fortune pour arriver au but ultime.

Il regarde son équipe et se dit qu'elle a tout pour réussir.

Un excellent gardien en Braden Holtby.

Une bonne défense équilibrée munie de défenseurs défensifs et offensifs.

Une attaque dévastatrice qui a terminé avec 263 buts, bons pour le troisième rang du circuit.  Ayant alloué le moins de buts de toutes les équipes de la LNH, Washington a présenté un différentiel de +81, de loin le plus grand écart du circuit.

Alors, qu'est-ce qui ne va pas?

L'équipe n'est pas une équipe unie?

Le capitaine Alex Ovechkin n'est pas le meneur d'hommes tant espéré?

Chose certaine il demeure, jusqu'à preuve du contraire, le seul véritable joueur étoile sans Coupe Stanley à son palmarès.

Ted Leonsis doit en faire des nuits blanches!

Doit-il démembrer sa création et repartir à neuf en ne conservant qu'un noyau essentiel à la façon des Blackhawks et des Penguins?

Ou encore, doit-il conserver son équipe intacte et espérer qu'elle saura tirer des leçons de la saison 2016-17?

Franchement je ne saurais vous dire, car la situation à Washington est vraiment particulière.

En revanche, si les Capitals se font éliminer par des Penguins décimés, on devra prendre beaucoup de recul pour évaluer la situation.  

Car au bout du compte, ce sont les partisans qui en paient le prix.  

Des années d'insuccès en séries vont bien finir par laisser des bancs vides.